Cet article date de plus de quatre ans.

Eurostar : deux week-ends de grève en août, sans impact majeur sur les trains

Le syndicat britannique des transports RMT a appelé les employés d’Eurostar à cesser le travail durant sept jours, en deux week-ends, pour dénoncer les conditions de travail du personnel de bord. Selon l'entreprise, cette grève aura un impact minime sur les voyageurs.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (L’appel à la grève dure sept jours, et couvre le week-end du 15 août et le dernier week-end d'août © Reuters / Phil Noble)

Le syndicat britannique RMT a choisi de mettre la pression. A l'occasion des deux gros week-ends d'affluence en août, le syndicat a invité les employés d'Eurostar, qui assure la liaison entre la Grande-Bretagne et l’Europe via tunnel sous la Manche, à entrer en grève pour dénoncer les conditions de travail du personnel de bord.

L’appel à la grève court sur sept jours, mais en deux temps : quatre jours ce week-end, du vendredi 12 lundi 15, et trois le dernier week-end d'août, du 27 au 29 août.

La grève n’aura qu’un impact limité, selon l’entreprise

D'après l'entreprise, ce mouvement ne concerne que 80 chefs de bords anglais, c'est à dire une partie des responsables d'équipes présentes dans les trains. L'impact sera donc très limité. Tous les clients qui ont réservé un train pour ce week-end pourront voyager, et ce dans les deux sens, même avec parfois quelques changements d'horaires. Eurostar assure que chaque client sera tenu au courant.

Les grévistes dénoncent des horaires et des plannings infernaux qui nuisent à leur vie privée. Un accord sur cette question de l'équilibre vie professionnel-vie professionnel avait pourtant été signé en 2008, mais il n'a jamais été respecté déplore le syndicat, qui exige donc de la direction revienne à la table des négociations.

Le personnel d’Eurostar annonce une grève de sept jours en août - Un reportage de Ruddy Guilmin
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.