En 1945, le chef de la Gestapo aurait été enterré dans un cimetière juif

Cette révélation du quotidien allemand "Bild" sur Heinrich Müller, soixante-huit ans après la fin du régime nazi, répondrait à l'une des grandes énigmes de l'après-guerre.

Heinrich Müller durant la seconde guerre mondiale.
Heinrich Müller durant la seconde guerre mondiale. (DPA / AFP)

C'est ce qui s'appelle l'ironie de l'histoire. L'ancien chef de la Gestapo, Heinrich Müller, l'un des principaux responsables de la Shoah, aurait été enterré dans un cimetière juif de Berlin en 1945 affirme le quotidien allemand Bild jeudi, en citant des documents retrouvés par un historien.  "Son corps a été enterré en 1945 dans une fosse commune du cimetière juif de Berlin-Mitte", assure-t-il au quotidien le dirigeant du Mémorial de la résistance allemande, le professeur Johannes Tuchel, dans Bild.

Heinrich Müller aurait en fait été tué début mai 1945. "Dès août 1945, le corps de Müller a été retrouvé dans une tombe provisoire près de l'ancien ministère de l'Aviation du Reich par un commando" avant d'être enterré dans la fosse commune du cimetière juif de Berlin, détaille l'historien en s'appuyant sur des documents d'archives. Il portait notamment un uniforme de général. Dans la poche intérieure gauche se trouvaient notamment ses états de service, ainsi qu'une photo.

Le président du Conseil central des juifs d'Allemagne, Dieter Graumann, s'est déclaré choqué par cette révélation. "Que l'un des sadiques nazis les plus brutaux soit enterré dans un cimetière juif, c'est une énormité de mauvais goût. On foule grossièrement du pied la mémoire des victimes", s'est-il insurgé dans le journal.

La fin d'une énigme ? 

Cette révélation, soixante-huit ans après la fin du régime nazi d'Adolf Hitler, répondrait à l'une des grandes énigmes de l'après-guerre. Heinrich Müller faisait en effet partie des personnalités importantes du IIIe Reich. Il participa notamment à la conférence de Wannsee, en janvier 1942, qui décida de la "solution finale", l'extermination des juifs. Heinrich Müller a disparu à la fin de la seconde guerre mondiale sans qu'on ne retrouve jamais sa trace.

Sans corps, les rumeurs ont couru. Les services secrets allemands, le BND, assuraient ainsi que, durant l'été 1949, Müller se trouvait à Karlovy Vary, alors en Tchécoslovaquie. Une autre rumeur le localisait, en 1967, en Amérique centrale, dans la ville de Panama : c'est là qu'un certain Francis William Keith fut accusé d'être Heinrich Müller. Mais un relevé d'empreinte digitale l'a innocenté.

La découverte des archives allemandes pourrait donc mettre un terme aux rumeurs, même si une analyse ADN de la dépouille du dignitaire nazie semble quasi-impossible, puisqu'il a été enterré dans une fosse commune.