Devant 55.000 fidèles, le pape Benoît XVI a béatifié dimanche John Henry Newman, anglican converti au catholicisme

Cette messe s'est tenue en plein air à Birmingham (centre) au quatrième et dernier jour de sa visite d'Etat au Royaume-Uni.Dimanche soir, le pape est rentré à Rome à l'issue de ce voyage de quatre jours au Royaume-Uni.

Le Pape à Londres (18 septembre 2010)
Le Pape à Londres (18 septembre 2010) (AFP/MATT CARDY)

Cette messe s'est tenue en plein air à Birmingham (centre) au quatrième et dernier jour de sa visite d'Etat au Royaume-Uni.

Dimanche soir, le pape est rentré à Rome à l'issue de ce voyage de quatre jours au Royaume-Uni.

La messe n'a pas attiré les foules de la veillée de prières de samedi à Londres (80.000 personnes) ni même de la célébration à Glasgow (Ecosse), où 70.000 fidèles avaient répondu présent. Aux sons des trompettes et des chants religieux, le pape a béatifié le cardinal John Henry Newman, plus célèbre des anglicans ralliés au catholicisme, dont la conversion avait provoqué un vif scandale dans l'Angleterre victorienne au XIXe siècle.

Dans son homélie, le pape allemand a une nouvelle fois rendu hommage aux Britanniques "qui ont sacrifié leur vie, résistant courageusement contre les forces de cette terrible idéologie", soulignant avoir lui-même "vécu et subi les souffrances liées aux jours sombres du régime nazi".

Benoît XVI a également appelé dimanche le monde à ne jamais oublier "l'horreur et lahonte" de la Seconde Guerre mondiale, à l'occasion du 70eanniversaire de la bataille d'Angleterre, lors d'un déplacement à Birmingham.

Bilan d'une visite de 4 jours
La messe de béatification a été le dernier événement de la première visite d'Etat d'un pape au Royaume-Uni. Entamé jeudi, le déplacement a été marqué par plusieurs déclarations sur les scandales de pédophilie au sein du clergé. Samedi, Benoît XVI a exprimé de nouveau sa "honte" pour ces "crimes innommables" lors d'une rencontre à Londres avec des victimes de prêtres pédophiles. Des milliers de personnes manifestaient au même moment, afin de dénoncer les positions "archaïques" du Vatican sur l'homosexualité, la place des femmes et les moyens de contraception.

La visite a été globalement perçue comme une réussite sur le plan des relations publiques. Une alerte "terroriste", survenue vendredi, n'a pas réussi à ternir le voyage.

La menace d'attentat
Les six hommes interpellés vendredi à Londres et soupçonnés d'"actes de terrorisme" en liaison avec la visite d'Etat du pape Benoît XVI ont été libérés sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre eux, a annoncé Scotland Yard dimanche matin.

Les six hommes, âgés de 26 à 50 ans, avaient été arrêtés vendredi à Londres et emmenés dans un poste de police du centre de la capitale.