Cet article date de plus de neuf ans.

Des élus Américains appellent la France à vendre ses Mistral à l'Otan, pas à la Russie

Trois membres du Congrès s'inquiètent du contrat passé entre Moscou et Paris pour vendre deux navires de guerre à la marine russe.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
 

Trois élus du Congrès américain ont appelé, vendredi 30 mai, la France à rompre le contrat selon lequel elle doit vendre deux navires de guerre de type Mistral à la Russie, pour à la place les vendre ou les louer à l'Otan. Les trois élus américains, emmenés par Eliot Engel, le démocrate le plus influent de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, ont écrit au secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen. Ils ont fait part de leurs craintes concernant l'achat par Moscou de ces deux navires de guerre qui peuvent chacun transporter jusqu'à 16 hélicoptères, quatre embarcations de débarquement, 60 véhicules armés et 700 hommes

"Il est crucial que les pays de l'Otan ne mettent plus à la disposition de la Russie d'armes puissantes qui lui permettraient d'accroître son pouvoir d'intimidation, ou même d'invasion de ses voisins", ont notamment souligné les élus, en référence aux manoeuvres de Moscou en Ukraine. Un accord de l'Otan pour acheter ou louer les deux navires Mistral "enverrait un message fort au président Poutine: les alliés de l'Otan ne toléreront pas ou ne permettront en aucune manière ses manoeuvres téméraires".

"Pas très réaliste"

La France a dit pour le moment laisser la porte ouverte à un réexamen de ce contrat, d'une valeur de 1,6 milliard de dollars, d'ici le mois d'octobre, quand le premier des deux navires doit être livré à la flotte russe. Une source diplomatique à l'Otan a estimé qu'il n'était "pas très réaliste" que l'organisation atlantique achète les navires, ses capacités militaires propres se limitant à des avions de surveillance Awacs.

Lors de la visite du ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius à Washington mi-mai, le secrétaire d'Etat John Kerry lui avait déjà affirmé l'hostilité des Etats-Unis à ce que Paris livre à Moscou ces navires de guerre, en raison de la crise ukrainienne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.