Des anarchistes italiens revendiquent une lettre piégée à la Deutsche Bank

La lettre de revendication de l'organisation, la Federazione Anarchica Informale, manuscrite et en italien, était cachée dans la lettre piégée.

Le directeur de la Deutsche Bank, Josef Ackermann, visé par une lettre piégée, prononce un discours à Francfort-sur-le-Main (Allemagne), le 18 novembre 2011.
Le directeur de la Deutsche Bank, Josef Ackermann, visé par une lettre piégée, prononce un discours à Francfort-sur-le-Main (Allemagne), le 18 novembre 2011. (DANIEL ROLAND / AFP)

Adressée à Josef Ackermann, le patron de la Deutsche Bank, une lettre piégée contenant un dangereux explosif a été revendiquée par une organisation anarchiste de gauche italienne, la Federazione Anarchica Informale. La police de Francfort avait annoncé jeudi 8 décembre dans la matinée qu'une lettre suspecte avait été interceptée mercredi.

L'incident intervient en pleine crise financière de la zone euro, alors que la responsabilité des banques dans la crise et les aides publiques dont elles ont bénéficié ont souvent été stigmatisées.

Deux autres lettres peut-être envoyées

La première banque allemande n'a pas souhaité confirmer un renforcement des mesures de sécurité autour de ses bureaux, rapporté par plusieurs médias. La lettre de revendication, manuscrite et en italien, était cachée dans la lettre piégée, a précisé la police allemande. L'organisation anarchiste évoque dans ce courrier "trois explosions contre des banques, banquiers, des tiques et des sangsues". La police part donc du principe que deux autres lettres piégées ont pu être envoyées.

En novembre 1989, le patron de la Deutsche Bank de l'époque, Alfred Herrhausen, avait été tué dans un attentat à la bombe revendiqué par l'organisation d'extrême gauche Fraction Armée Rouge (RAF).