Cet article date de plus de huit ans.

Dérapage budgétaire : l'Espagne et le Portugal risquent des sanctions

Les ministres des Finances de la zone euro réunis à Bruxelles ont enclenché ce mardi une procédure de sanctions, inédite dans l'histoire de la monnaie unique, à l'encontre de l'Espagne et du Portugal en dérapage budgétaire. Madrid et Lisbonne risquent de se voir infliger des amendes avant la fin du mois.
Article rédigé par Laxmi Lota
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Bruno Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques et Jeroen Dijsselbloem, président de l'Europgroup © REUTERS/François Lenoir)
Dérapage budgétaire du Portugal et de l'Espagne. Le reportage de Laxmi Lota

Le président de l’Eurogroup, Jeroen Dijsselbloem a annoncé après la réunion des ministres des Finances que les membres de la zone Euro vont soutenir à l’unanimité la recommandation de la Commission européenne. L’Espagne et le Portugal vont donc être déclarés en "dérapage budgétaire".

Selon les ministres des Finances européens, l'Espagne et le Portugal "n'ont pas pris les mesures nécessaires pour corriger leurs déficits, ce qui déclenche un processus de sanctions".

Une procédure unique dans l'histoire de l'Euro

Cette décision ouvre la voie à une procédure inédite de sanctions dans l’histoire de la monnaie unique.  Selon Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques "il s’ouvre une période de vingt jour qu’il est important, je crois, de raccourcir, car à ce moment-là nous devons proposer des sanctions. Donc nous allons engager un processus de dialogue avec les ministres des Etats concernés pour que la décision soit la plus rapide possible et la plus sage possible" .

Une amende réelle ou symbolique

Le montant de l’amende infligée peut aller jusqu’à 0,2% du Produit intérieur brut mais cette sanction peut aussi être seulement symbolique. Il ne s’agit pas de faire "quoi que ce soit allant à l’encontre de la croissance économique, ce sont des règles intelligentes " a précisé Pierre Moscovici.

Pour Michel Sapin, le ministre français des Finances, "il faut respecter les règles dans le respect des situations des pays".

Le ministre français des Finances, Michel Sapin, souhaite des sanctions "intelligentes"

A partir du constat de dérapage par leurs pairs de la zone euro, l’Espagne et le Portugal disposeront de dix jours pour faire valoir leurs arguments. Pour éviter une sanction, Madrid a proposé ce mardi une hausse d'impôt sur les sociétés afin de réduire son déficit dès 2017 en dessous de 3% du PIB.

De son côté, le chef du gouvernement portugais a assuré qu'il ramènerait le déficit public en dessous des 3% du PIB cette année, sans recourir à un plan B ou à des mesures exceptionnelles d'assainissement budgétaire. Le premier ministre portugais Antonio Costa juge toute sanction "injuste et contre-productive ".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.