Cet article date de plus de dix ans.

De la "jubilation" à "comment l'éviter", le jubilé à la Une de la presse britannique

Ils en parlent... Mais ne sont pas tous d'accord. La différence de ton employé par les divers titres de la presse britannique pour commenter les soixante ans de règne de la reine Elizabeth est révélatrice du regard mitigé de l'opinion sur sa monarchie. Revue de presse.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Les plus enthousiastes. Jubilée pluvieux, jubilée heureux. "Ce n'est pas un petit crachin qui va nous arrêter !" , lance ce matin le Daily Mail à la Une de son site web (droite). "Que la fête commence !" , s'exclame avec le même entrain le Times (centre-droit). À grands renfort de photos montrant des scènes de liesse, des sujets de Sa Majesté tout de bleu, blanc, rouge vêtus, aux couleurs de l'Union Jack.

Le plus historique. Plus sobre, le Daily Telegraph (droite) mise sur la rétrospective en proposant sur son site une infographie de soixante ans de règne avec, en parallèle, les événements qui ont marqué le monde ces six dernières décennies.

Le plus agacé. Révélateur de l'agacement d'une frange de la population pour des célébrations longuement rebachées et/ou symboliques d'une monarchie en décalage avec les problèmes sociétaux, le Guardian (centre-gauche) propose à ses lecteurs, outre le programme du weekend, ses bons plans "pour éviter le jubilée". Il y a deux mois mois, dans une tribune de l'Observer , la publication hebdomadaire du Guardian , la journaliste Julie Burchill regrettait ces années 1960-70 où soufflait un vent d'impertinence et de contestation à l'égard de la famille royale.

Le plus sobre. La Une est sobre - "La Grande-Bretagne rend hommage le temps d'un long weekend" - , les colonnes web discrètes sur l'événement : The Independent (centre gauche) semble veiller à ne pas trop en faire. Le titre propose notamment un reportage sur l'engoument particulier des "nouveaux Britanniques" pour l'événement, "leur sentiment d'appartenance au pays et leur admiration pour la Reine étant, selon une étude récente, plus forte que ceux des Britanniques de souche" , souligne le quotidien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.