VIDÉO. "Projet Daphne" : révélations sur l'assassinat de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia

Après l’assassinat de Daphne Caruana Galizia, le 16 octobre 2017, 18 médias internationaux réunis par l’organisation Forbidden Stories ont enquêté sur les traces de cette journaliste maltaise.

Cette vidéo n'est plus disponible

La mort de Daphne Caruana Galizia dans l'explosion de sa voiture a provoqué une onde de choc à travers l’Europe. La journaliste enquêtait sur la corruption à Malte. Quelques semaines après son assassinat, "The Daphne project" (Projet Daphne) a été lancé par l'organisation Forbidden stories pour poursuivre son travail. Ce sont 18 médias internationaux réunis, dont la Cellule investigation de Radio France, Le Monde et France 2, qui ont enquêté sur les traces de la journaliste maltaise.

Qui était Daphne Caruana Galizia ?

Daphne Caruana Galizia est âgée de 53 ans lorsqu'elle est assassinée, le 16 octobre 2017, dans un attentat à la voiture piégée. À Malte, "il n'y a pas grand monde qui ait le courage de parler ouvertement. Daphne l'avait. Elle s'en fichait", explique le fondateur du parti écologiste maltais, Arnold Cassola. Dans son blog Running commentary, créé en 2008, la journaliste insulaire donne le ton du débat politique dans le pays.

Après avoir travaillé pour plusieurs journaux locaux, elle a la liberté de publier ce qu'elle souhaite. Elle révèle de nombreux scandales de corruption au sein de la classe politique locale, mettant notamment en cause le gouvernement et des proches de l'actuel Premier ministre maltais, Joseph Muscat.

Daphne a toujours brisé les frontières en matière de journalisme (…) Elle était impitoyable.

Caroline Muscat
fondatrice du site The shift news

Une qualité d'autant plus gênante qu'à Malte, "il est très difficile pour les médias indépendants d'offrir une perspective équilibrée et impartiale sur ce qui se passe dans le pays", décrypte Caroline Muscat.

Daphne Caruana Galizia s'affranchit de ces obstacles. Dans son dernier post de blog, elle conclut sur une phrase lourde de sens : "Il y a des escrocs partout où vous regardez. La situation est désespérée." Exactement 23 minutes plus tard, elle est assassinée. Son véhicule a explosé alors qu'elle quittait son domicile.

Dans la maison, son fils, Matthew, venu passer quelques jours en famille entend l’explosion. "J'ai tout de suite su que c'était une voiture piégée", se remémore-t-il. Il sort et voit "le genre de fumée que vous voyez seulement quand une voiture est en feu", rapporte-t-il. "Dès que je l'ai vue, j'ai couru jusqu'à la voiture. Je ne pouvais pas voir la plaque d'immatriculation, je ne pouvais pas voir la couleur, je ne pouvais pas dire quel type de voiture c'était. Il s'agissait juste d'une boule de feu. Je me suis encore rapproché. À l'avant, je pouvais distinguer l'un des enjoliveurs et j'ai vu le logo de Peugeot. À ce moment-là, je me suis dit : 'Merde'". Chaque détail est encore présent dans la mémoire de Matthew, qui n'a rien oublié de cette journée qui vient s'ajouter dans un contexte maltais jalonné par de nombreux assassinats à la voiture piégée, mais jamais une journaliste n'avait été visée.

Où en est l'enquête ?

"Je n'ai pas beaucoup d'espoir dans l'enquête policière et ma famille non plus." Matthew, qui est aussi journaliste de l'ICIJ, le Consortium d'investigation à l'origine notamment des Paradise Papers, ne cache pas son sentiment de défiance à l'égard de la justice maltaise. D'autant plus que son travail s'est déroulé dans des conditions particulières. Dans un pays grand comme trois fois la surface de Paris, tout le monde se connaît. La première juge en charge de l’enquête a été une femme dont l’inimitié avec la journaliste maltaise était notoire. Dans un billet sur son blog, Daphne Caruana Galizia a critiqué son action. La magistrate l’a poursuivie pour cela. Face à cette situation, la famille a engagé une procédure pour la récuser. Elle a fini par se démettre d’elle-même.

À Malte, la majorité des magistrats sont nommés par le gouvernement. Il en va de même pour le chef de la police, qui est aussi le procureur général puisqu’il décide - ou non - d’ouvrir les enquêtes. La famille de Daphne Caruana Galizia a refusé de remettre l’ordinateur de la journaliste à la justice de peur qu’il soit exploité pour remonter jusqu’à ses sources. Par ailleurs, la police locale "manque de ressources pour mener une enquête sur cet assassinat", estime Matthew. "Entrer dans un poste de police à Malte, c'est comme entrer dans un poste de police au Nicaragua", compare même le fils de la journaliste. Pour l’enquête sur l’assassinat de Daphne Caruana Galizia, les forces de police ont reçu le concours des polices néerlandaise et finlandaise, d’Europol et du FBI.

Trois suspects arrêtés

Le 4 décembre 2017, la police a arrêté trois suspects. Il s'agit de deux frères, George et Alfred Degiorgio, et de Vincent Muscat. Tous les trois sont connus des services de police, même s’ils n’ont jamais été condamnés. George Degiorgio a eu un conflit avec un homme qui est mort dans l’explosion de sa voiture en 2016. L’assassin n’a jamais été retrouvé. Vincent Muscat a reçu trois balles dans la gorge lors d’une altercation, en 2014. Il a réussi à s’enfuir, mais l’homme qu’il a désigné comme étant le tireur est mort par balles quelques mois plus tard. Son assassin n’a jamais été retrouvé.

Les trois hommes nient avoir organisé l’attentat qui a tué Daphne Caruana Galizia, mais les enquêteurs disposent d’éléments accablants. La géolocalisation de leurs téléphones mobiles, des enregistrements - George Degiorgio était mis sur écoute dans une autre affaire - les désignent. Les enquêteurs ont établi que la bombe qui a été placée sous le siège conducteur la nuit d’avant, a été déclenchée par un téléphone mobile se trouvant en mer, au large de Malte. Quelques heures avant l’explosion, George Degiorgio a été filmé par les caméras d’un port prenant la mer aux commandes de son bateau. Les policiers ont également retrouvé l’ADN de son frère sur un mégot abandonné à l’endroit d’où il aurait surveillé le départ de la voiture de Daphne Caruana Galizia. Une demi-heure après l’explosion, George Degiorgio a envoyé un SMS à sa compagne : "Achète moi du vin mon amour." Elle lui a répondu : "OK."

De nombreux éléments semblent désigner les trois hommes. Mais un autre manque cruellement : le mobile. "Il y a deux théories à mon avis. Daphne a été tuée à cause de quelque chose qu'elle a écrit ou à cause de quelque chose qu'elle était sur le point d'écrire. Quelque chose à l'intérieur me dit, et j'en ai discuté avec des collègues, qu'elle a été tuée à cause de quelque chose qu'elle allait écrire, mais pas à cause de quelque chose qu'elle a écrit", estime Jason Azzopardi, l'avocat de la famille.

Qu'ont découvert les journalistes du Projet Daphne ?

Élément troublant, les informations que nous avons recueillies montrent que les enquêteurs ont la conviction que les suspects étaient avertis de l’imminence de leur arrestation. L’un des trois suspects s’était opportunément débarrassé de son téléphone portable le jour de son arrestation et il avait écrit le numéro de téléphone de sa compagne sur sa main. Des éléments qui accréditent la thèse de fuites au sein de la police maltaise.

Ces dernières semaines, une rumeur courait sur l’île. Le ministre de l’Économie, Chris Cardona, celui-là même dont Daphne Caruana Galizia avait affirmé qu’il se trouvait dans une maison close en Allemagne, aurait été vu en compagnie de l’un des assassins présumés dans un bar d’un village du centre de l’île. Nous lui avons donc posé la question. La réponse de Chris Cardona est claire : s’il admet fréquenter ce bar, il ne se "souvient pas avoir eu de discussion avec l’un de ces trois individus" et affirme en tout cas n’avoir jamais "eu de rendez-vous avec l’un d’eux". Tout juste admet-il qu’étant par ailleurs avocat pénaliste, il avait déjà entendu parler d’eux.

Pourtant, deux témoignages recueillis par les journalistes du Projet Daphne semblent contredire cette version. Le premier est un client du Ferdinand’s bar à Siggiewi, rencontré par deux journalistes de Radio France et de France Télévisions pour "Envoyé Spécial". Voici le verbatim de cet échange (propos traduits de l'anglais) :

Journaliste 1 : Il y a un politicien qui est allé dans un club pour hommes ?
- Témoin : Cardona. Il boit avec nous ici.

Journaliste 2 : Il vient ici ? Il est du coin ?
- Oui. Il vient tous les samedis et tous les dimanches. Chris Cardona. Et il y a la journaliste qui est morte à Malte, Caruana Galizia. Il y a trois personnes qui ont été arrêtées.

Journaliste 1 : Et ces hommes, ils venaient ici aussi ?
- Oui oui.

Dans le même bar ?
- Dans le même bar.

Et ils connaissent le politicien, Chris Cardona ?
- Oui.

Journaliste 2 : Vous les avez vus ensemble ?
- Oui oui.

Journaliste 1 : Plusieurs fois ?
- Ensemble à boire des verres ou autre.

Ils étaient ensemble avant ou après le meurtre ?
- Avant oui.

Un autre témoin, qui a été présenté aux journalistes du Projet Daphne par un responsable du parti d’opposition au gouvernement va dans le même sens. Il est encore plus précis. Lui affirme avoir vu Chris Cardona discuter "l’air préoccupé", avec Alfred Degiorgio en novembre, soit un peu moins d’un mois après l’assassinat, toujours au Ferdinand’s bar. D’après lui, les deux hommes avaient manifestement rendez-vous, ils sont restés près d’une heure et demi ensemble, sortant même pour faire le tour de la place du village à un moment. Il y avait selon lui une grosse vingtaine de clients dans le bar.

D’après nos informations, la rumeur de cette ou de ces rencontres est parvenue jusqu’à la police maltaise. Le magistrat en a même été informé par les avocats de la famille de Daphne Caruana Galizia. À notre connaissance aucun politique n’a encore été entendu dans cette affaire. Chris Cardona nous a expliqué qu’il avait été convoqué par la première magistrate, finalement récusée, mais qu’il n’avait aucune nouvelle du juge actuellement en charge de l’instruction.

Pour autant qu’ils soient troublants, les témoignages qui contredisent la version du ministre de l’Économie ne le désignent pas non plus comme un potentiel commanditaire. Une source proche de l’enquête explique ne pas croire à la piste politique. La thèse privilégiée serait-celle d’un crime commandé par une organisation criminelle sur laquelle Daphne Caruana Galizia enquêtait.

"Projet Daphne" : 18 médias internationaux, 45 journalistes, réunis dans l'organisation Forbidden Stories ont poursuivi les enquêtes de Daphne Caruana Galizia. Parmi eux, trois médias français : la Cellule investigation de Radio France, Le Monde et France Télévisions à travers la société de production Premières Lignes. Leurs révélations sont à retrouver sur franceinfo.fr, les antennes de Radio France, dans les médias partenaires et dans "Envoyé spécial", jeudi 19 avril, sur France 2.

La police et des experts légistes inspectent l\'épave d\'une voiture piégée qui a tué la journaliste et blogueuse Daphne Caruana Galizia près de chez elle à Bidnija, Malte, le 16 octobre 2017.
La police et des experts légistes inspectent l'épave d'une voiture piégée qui a tué la journaliste et blogueuse Daphne Caruana Galizia près de chez elle à Bidnija, Malte, le 16 octobre 2017. (STR / AFP)