Danemark : les migrants devront-ils payer leur séjour ?

La question d'une éventuelle confiscation des biens suscite un vif débat dans le pays. Le projet a reçu le soutien politique nécessaire avant les débats au parlement, à partir de ce mercredi.

(Un accord politique a été conclu au Danemark sur la confiscation des biens des migrants © AP/SIPA/LEHMANN MARTIN)

La possible confiscation des avoirs des migrants arrivant au Danemark fait débat depuis plusieurs semaines. Le projet a franchi une étape cruciale mardi avec un accord entre une majorité de partis annoncé par le gouvernement de droite. Le projet de loi sur la modification des lois sur l'immigration sera débattu à parti de ce mercredi au parlement danois, avec un vote prévu le 26 janvier.

Un plafond à 1.340 euros

Le texte prévoit de donner aux policiers la possibilité de "saisir des biens que les demandeurs d'asile apportent avec eux afin de couvrir leurs besoins en alimentation et en hébergement". A quelle hauteur les biens seraient-ils confisqués ? Le montant a été fixé à 10.000 couronnes danoises, soit environ 1.340 euros.

Les objets utiles, comme les téléphones mobiles, ou les biens d'une valeur sentimentale, comme les bagues de mariage, sont exclus de la mesure. Dans le projet initial, il était question d’un montant de 3.000 couronnes et d'une exemption des bijoux saisis, sauf ceux d'"une grande valeur économique".

Le projet de loi a soulevé un tollé au Danemark où sont arrivés 21.000 migrants en 2015. Il s’agit pour les uns d’une spoliation des migrants, pour les autres de justice sociale. Début janvier, le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) avait dit craindre que le gouvernement danois lance avec cette mesure un message qui "alimente la peur et la xénophobie".

Au Danemark, le Parti libéral  ne dispose que de 34 sièges sur les 179 du parlement. Pour faire passer ses lois, il dépend du soutien de divers partis de droite dont le Parti populaire danois (DF), une formation xénophobe.