Changement climatique: +4°C attendus au sud de la Méditerranée

La situation risque d’être critique dans les 30 prochaines années en Méditerranée et en Afrique. On assiste à une augmentation des températures et des événements climatiques extrêmes, sans précédents. Ces phénomènes sont liés à l’activité humaine, un fait indiscutable pour la communauté scientifique, affirme Jean-Paul Moatti Président-directeur général de l'IRD de retour de la COP22.

Corvée d\'eau dans un bidonville de Casablanca, au Maroc.
Corvée d'eau dans un bidonville de Casablanca, au Maroc. (AFP/Abdlhak Senna)

L'alliance nationale de recherche pour l'environnement qui regroupe plusieurs organismes de recherche français vient de publier un état des lieux de la recherche intitué La méditerranée face au changement climatique. ItW du PDG de l'Insitut de recherche pour le développement.
 
Alors que les climato-sceptiques sont de retour aux Etats-Unis, que nous disent les scientifiques sur la réalité du changement climatique? 
Les climato-sceptiques soit nient les faits, soit disent que l’humanité en a vu d’autres, mais l’humanité n’a jamais été confrontée depuis 10.000 ans à une hausse des températures de l’ordre de 2°. L’accord de paris (COP21) affirme la nécessité de ne pas dépasser les 2°, mais ce chiffre est une moyenne, 70% de la surface de la planète sont constitués par les océans où la température est moindre, ce qui veut dire que l’on peut monter à 4 ou 5° dans certains endroits. A Marrakech, par exemple, on risque de flirter en été avec les 50°, ce qui est invivable, pour les hommes comme pour les plantes.
 
Avec quelles conséquences et à quelles échéances?
A 2°, les écosystèmes terrestres méditerranéens subiraient une sécheresse jamais atteinte. Avec une hausse de 3°, le désert migrerait vers le nord de l'Afrique et les forêts alpines reculeraient. Dès 4°, la désertification atteindrait le sud de l'Europe.
 
Pour les seuls pays méditerranéens, 180 millions d’habitants vivent aujourd’hui avec moins de 1000 m3 d’eau par an, et la situation va encore s’aggraver. Pénurie d’eau, conséquence du changement climatique mais aussi de l’urbanisation des côtes, et de la pollution des nappes.
 
Impact également sur la santé. En ce moment même, la fièvre de la vallée du Rift à déjà fait plus d’une centaine de morts au Niger. C’est une maladie animale qui peut se transmettre à l’homme, et qui provoque dans certains cas une forme hémorragique mortelle. Découverte dans les années 30 au Kenya, la maladie s’étend aujourd’hui en Afrique, transmise par les insectes et immédiatement corrélée à l’intensité des précipitations. Un phénomène similaire est en cours avec le paludisme.

Simulation du Giec sur la hausse des températures à l\'horizon 2080 (Groupe international d\'experts sur le climat)
Simulation du Giec sur la hausse des températures à l'horizon 2080 (Groupe international d'experts sur le climat) (GIEC)


La méditerranée est une région particulièrement sensible au changement climatique?
L’élévation du niveau de la mer et l’érosion côtière menacent plusieurs grandes villes méditerranéennes. Le changement climatique porte atteinte à la biodiversité, assèche les sols, rend l’eau plus rare.

La méditerranée est une mer en danger, avec de nombreuses espèces menacées, par l’acidification due à l’absorption du carbone. Il faut économiser l’eau, changer les pratiques agricoles, adapter l’agriculture. Par exemple, si vous augmentez de 4 pour 1000 chaque année la capacité des sols à stocker durablement le carbone, vous réduisez de manière très significative les émissions de gaz à effet de serre. Cela passe par la reforestation, une augmentation des surfaces cultivées, des prairies et des pâturages. On améliore au passage la teneur organique des sols et leur fertilité. Il faut pour cela poursuivre la recherche, apprendre et découvrir de nouvelles pratiques agricoles.