Bruxelles favorable à trois semences OGM

La Commission européenne a proposé mercredi d'autoriser l'utilisation de trois semences de maïs de la firme Monsanto

Le maïs Monsanto 810 peut déjà être importé dans certains pays de l\'Union européeenne
Le maïs Monsanto 810 peut déjà être importé dans certains pays de l'Union européeenne (© France)
La Commission européenne a proposé mercredi d'autoriser l'utilisation de trois semences de maïs de la firme MonsantoLa Commission européenne a proposé mercredi d'autoriser l'utilisation de trois semences de maïs de la firme Monsanto

Génétiquement modifiées pour être résistantes aux insectes et tolérantes aux herbicides, les trois semences de la multinationale américaine sont le MON88017, le MON89034, et le NK603.

La demande d'autorisation concerne l'importation, la transformation, l'alimentation humaine et animale.

Malgré les avis favorables de l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA), les experts des Etats membres, consultés mercredi, ne sont pas parvenus à se prononcer. Résultat, l'exécutif européen devra soumettre la proposition aux ministres de l'Environnement, fin octobre. Si les ministres ne parviennent pas à prendre position pour ou contre l'autorisation, la décision finale sera alors prise par la Commission.

Plusieurs semences génétiquement modifiées sont déjà autorisées à l'importation dans l'UE, mais une seule l'a été à la culture, le maïs Monsanto 810. Les pays européens sont, dans leur grande majorité, opposés aux cultures d'organismes génétiquement modifiés en raison des risques pour l'environnement et pour les autres cultures. Ils refusent de donner leur accord à toute autorisation tant que les méthodes d'évaluation de l'EFSA n'auront pas été révisées et renforcées, notamment pour mieux prendre en compte les risques de dissémination.

Six pays résistent


La France, l'Autriche, la Hongrie, le Luxembourg, l'Allemagne et la Grèce ont pris des clauses de sauvegarde pour interdire la culture sur leur territoire de la seule variété de maïs génétiquement modifiée autorisée dans l'UE, le MON 810. La multinationale a demandé le renouvellement de l'autorisation de culture pour le MON 810 et a obtenu un avis favorable de l'EFSA. Le président de la Commission José Manuel Barroso, qui gère personnellement ce dossier, a tenté de faire lever ces clauses le 2 mars, mais il a été désavoué: 22 des 27 membres de l'UE ont voté contre sa demande.