Cet article date de plus de huit ans.

Berlusconi : "On m'a accusé de tout, sauf d'être gay"

"J'ai beaucoup d'amis gay, ils sont sympathiques et drôles", a ajouté le Cavaliere dans une interview sur la station italienne Radio Capital.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Silvio Berlusconi, à Milan (Italie), le 29 décembre 2012. ( REUTERS)

Selon Silvio Berlusconi, la gauche l'a "accusé de tout, sauf d'être gay et de voler l'argent des Italiens". C'est ce qu'il a affirmé, lundi 31 décembre, dans une interview diffusée sur une radio italienne. "Mais j'ai beaucoup d'amis gay, ils sont sympathiques et drôles", a ajouté l'ancien chef du gouvernement italien qui accorde des interviews pratiquement tous les jours depuis l'annonce de sa candidature aux prochaines élections législatives.

"Mais le fait d'être gay peut-il être considéré comme une accusation ?", lui a demandé l'auteur de l'interview sur Radio Capital. "Dans mon cas....", a répondu le Cavaliere.

Silvio Berlusconi a été taxé d'homophobie à plusieurs reprises par le passé. En novembre 2010, interrogé sur ses frasques sexuelles, il avait répondu : "Mieux vaut aimer les belles femmes qu'être gay." 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.