Cet article date de plus d'onze ans.

Benoît XVI a consacré dimanche la basilique de la Sagrada Familia à Barcelone et défendu la famille traditionnelle

L'église inachevée d'Antoni Gaudi est le symbole des valeurs traditionnelles de la famille catholique que devait défendre le pape lors de la deuxième journée de son voyage en Espagne.Samedi à Saint-Jacques-de-Compostelle, il avait appelé l'Europe à donner un nouvel élan à ses racines chrétiennes, priant pour une rencontre entre foi et laïcité.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
La consécration de la Sagrada Familia retransmise sur écran géant (AFP - LLUIS GENE)

L'église inachevée d'Antoni Gaudi est le symbole des valeurs traditionnelles de la famille catholique que devait défendre le pape lors de la deuxième journée de son voyage en Espagne.

Samedi à Saint-Jacques-de-Compostelle, il avait appelé l'Europe à donner un nouvel élan à ses racines chrétiennes, priant pour une rencontre entre foi et laïcité.

128 ans après la pose de la première pierre en 1882, la Sagrada Familia, toujours en chantier, qui domine Barcelone de ses huit clochers, est devenue, dimanche, une basilique où pourra être célébrée l'Eucharistie. Chef d'œuvre de l'architecte Antoni Gaudi, la Sagrada Familia n'était pas terminée lors de son décès en 1926.

Benoît XVI a salué "la foi" de l'artiste, qui a entrepris "avec la ferveur et la collaboration de beaucoup cette merveille qu'est l'église de la Sagrada Familia". L'architecte "a su s'insérer dans la tradition des grandes cathédrales avec une créativité nouvelle", avait-il dit.

Accueilli par le roi d'Espagne Juan Carlos et son épouse la reine Sofia, mais aussi des homosexuels s'embrassant, Benoît XVI a entamé les "rites initiaux" et aspergé d'eau bénite l'autel de l'église, tandis que d'autres religieux ont fait de même sur les murs de la basilique. La messe proprement dite a ensuite pu commencer.

Samedi, le pape avait estimé que "le problème de la famille, cellule fondamentale de la société, est un grand enjeu d'aujourd'hui". Dimanche, dans l'église dédiée à la "Sainte Famille", il a réitéré ses propos et appelé les Etats à assurer "assistance et protection" à la famille comme union "indissoluble d'un homme et d'une femme". Le Saint-Père a également rappelé que l'Eglise catholique "s'oppose à toute forme de négation de la vie"

L'Espagne, un pays traditionnellement catholique mais où la religion est en recul, a adopté depuis cinq ans des lois sur le mariage homosexuel et l'avortement qui en font l'un des pays d'Europe les plus libéraux dans ces domaines, et ont provoqué les foudres de l'Eglise.

Se souvenir de ses racines chrétiennes
"J'appelle l'Espagne et l'Europe à édifier leur présent et à projeter leur avenir à partir de la vérité authentique de l'homme", a déclaré Benoît XVI dans son discours d'arrivée.

Il a cité les paroles prononcées en 1982 par Jean Paul II en Espagne, qui avait "exhorté le Vieux Continent à donner une nouvelle vigueur à ses racines chrétiennes". L'Espagne et l'Europe "ne doivent pas se préoccuper seulement des nécessités matérielles des hommes mais aussi de leurs besoins moraux et sociaux, spirituels et religieux", a dit le pape.

Auparavant, à bord de son avion, il avait appelé à "une rencontre entre foi et laïcité et pas une confrontation", en relevant que "l'affrontement entre foi et modernité" était "très vivace" en Espagne, un pays où la religion catholique est en déclin. Il a rappelé la naissance dans les années 30, avant la guerre civile et le franquisme, de forts courants prônant la laïcité et l'anti-cléricalisme.

Benoît XVI n'a toutefois pas fait allusion aux réformes de société, menées ces dernières années par le gouvernement socialiste, avec notamment la légalisation du mariage homosexuel (2005) et l'élargissement du cadre légal pour l'avortement (février 2010).

Renaissance du pèlerinage de Saint-Jacques
A Saint-Jacques-de-Compostelle, première étape du voyage, il rappellera comment "les chemins menant à Saint-Jacques ont formé l'unité spirituelle du continent européen", a-t-il encore indiqué dans l'avion.

Le pape s'est réjoui de "la renaissance" du pèlerinage vers la tombe de l'apôtre Saint-Jacques avec 260.000 pèlerins ayant déjà fait le chemin depuis janvier.

Le pape a aussi évoqué l'étape de dimanche à Barcelone où il consacrera le temple de la Sagrada Familia encore en chantier, qui deviendra ainsi une basilique. Benoît XVI a rendu hommage au "courage" du père de la Sagrada Familia, l'architecte catalan Antoni Gaudi, catholique très fervent, qui a "su s'insérer dans la tradition des grandes cathédrales avec une créativité nouvelle".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.