Cet article date de plus d'onze ans.

Au dernier jour de son voyage à Chypre, Benoît XVI a renouvelé dimanche son appel pour la paix au Proche-Orient

Il a prêché "en faveur d'un effort international, urgent et concerté, pour résoudre les tensions actuelles au Moyen-Orient, spécialement en Terre sainte, avant que de tels conflits ne conduisent à de plus grandes tragédies", a dit Benoît XVI lors d'une messe dans un centre sportif de Nicosie.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le pape Benoît XVI salue la foule à la fin de la messe dans un centre sportif à Nicosie le 6 juin 2010 (AFP - MENAHEM KAHANA)

Il a prêché "en faveur d'un effort international, urgent et concerté, pour résoudre les tensions actuelles au Moyen-Orient, spécialement en Terre sainte, avant que de tels conflits ne conduisent à de plus grandes tragédies", a dit Benoît XVI lors d'une messe dans un centre sportif de Nicosie.

Les "grandes épreuves" des chrétiens
Le pape a souligné "les grandes épreuves" endurées par les chrétiens, notamment dans les Territoires palestiniens, en Irak et en Egypte, et leur "rôle inestimable". Il a espéré que leurs "droits soient de plus en plus respectés, y compris le droit à la liberté de culte et religieuse", et qu'ils ne "souffrent plus jamais de discrimination d'aucune sorte".

Il devait également présenter aux évêques locaux le document de travail du synode prévu en octobre au Vatican, qui tentera de remédier à la délicate situation des chrétiens dans cette région.

Ce document appelle "chrétiens, juifs et musulmans" du Moyen-Orient à "affronter ensemble" la "menace" que constituent les "courants extrémistes" musulmans. Il note que "l'occupation israélienne des territoires palestiniens rend difficile la vie quotidienne pour la liberté de mouvement, l'économie et la vie sociale et religieuse". "De plus, certains groupes fondamentalistes chrétiens justifient par l'Ecriture sainte l'injustice politique imposée aux Palestiniens, ce qui rend la position des chrétiens arabes encore plus délicate", déplore le texte, dans une référence implicite à certains mouvements évangéliques.

Evoquant amplement la vie difficile des chrétiens, qui les poussent à émigrer, il affirme que leur "disparition constituerait une perte pour ce pluralisme qui a caractérisé depuis toujours les pays du Moyen-Orient".

Messe dans un gymnase
Environ 8000 personnes ont assisté à la messe dite par Benoît XVI dans un gymnase de Nicosie. 2000 autres ont vu la célébration sur deux écrans à l'extérieur. Parmi elles, on notait des délégations venues de pays voisins comme la Syrie, le Liban ou la Jordanie. De nombreux fidèles des communautés philippines, sri-lankaises et indienne, pays d'origine d'une grande partie de la main d'oeuvre immigrée de l'île, parfois en vêtements traditionnels, avaient aussi fait le déplacement.

Mais dans l'assistance se trouvaient également des détracteurs: une vingtaine de personnes scandant que le souverain pontife serait "persona non grata". "Le pape est schismatique et hérétique" ou "le pape est indésirable sur notre terre orthodoxe", pouvait-on lire sur leurs banderoles. Aucun incident n'a été signalé alors qu'un cordon policier avait été établi autour des manifestants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.