Attaque au camion à Berlin : la classe politique française exprime son soutien à l'Allemagne

François Hollande a exprimé "sa solidarité et sa compassion à la chancelière [allemande Angela Merkel], au peuple allemand et aux familles", lundi soir.

François Hollande vient de passer 24 heures en Corrèze pour adresser ses voeux aux habitants de ce département.
François Hollande vient de passer 24 heures en Corrèze pour adresser ses voeux aux habitants de ce département. (BENOIT TESSIER / POOL)

De nombreux membres de la classe politique française ont exprimé leur soutien à l'Allemagne, lundi 19 décembre, après qu'un camion a foncé dans la foule d'un marché de Noël à Berlin. Au moins douze personnes sont mortes et quarante-huit ont été blessées, selon le bilan des autorités allemandes mardi matin. La police a précisé qu'elle examinait "la piste d'un attentat terroriste".

>> Suivez notre direct après l'attaque au camion à Berlin

François Hollande exprime "sa solidarité" avec l'Allemagne

"Les Français partagent le deuil des Allemands face à cette tragédie qui frappe toute l'Europe", a réagi François Hollande dans un communiqué publié peu après l'attaque à Berlin. Le chef de l'Etat a exprimé "sa solidarité et sa compassion à la chancelière [allemande Angela Merkel], au peuple allemand et aux familles".

Les membres du gouvernement dénoncent un "acte ignoble"

Plusieurs membres du gouvernement ont exprimé leur effroi après ce qui semble être un "attentat", selon les termes du ministre de l'Intérieur. Dans un communiqué relayé sur Twitter, Bruno Le Roux a "fait part (...) de son entier soutien aux autorités allemandes et aux personnes touchées par cet acte criminel". Il a annoncé le renforcement "immédiat" des mesures de sécurité sur les marchés de Noël français.

Le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a exprimé "sa solidarité et sa fraternité" en allemand sur Twitter. "Acte ignoble en plein marché de Noël. Pensées très fortes pour Berlin et pour nos amis allemands", a abondé la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem.

Dans un communiqué publié sur le site du ministère des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault s'est dit "horrifié par les informations venues de Berlin ce soir, qui font état de plusieurs morts et de nombreux blessés sur un marché de Noël". "Mes premières pensées vont aux victimes, à leurs familles et à leurs proches, a poursuivi le ministre. La France se tient aux côtés de l’Allemagne dans ce moment sombre et douloureux."

L'ensemble de la classe politique affirme son soutien à Berlin

Plusieurs autres membres de la classe politique ont également publié des messages de soutien sur Twitter, lundi soir. "Solidarité avec nos amis allemands frappés ce soir au coeur de Berlin, a réagi le candidat de la droite à l'élection présidentielle, François Fillon. Mes pensées vont vers les victimes." La présidente du Front national, Marine Le Pen, a, elle, exprimé "sa compassion au peuple allemand".

Le candidat à la primaire de la gauche, Benoît Hamon, a évoqué son "effroi devant la terreur insoutenable qui a frappé Berlin". L'ancien Premier ministre, Manuel Valls, et la maire de Paris, Anne Hidalgo, ont également exprimé leur soutien à l'Allemagne dans des messages postés sur le réseau social.