Cet article date de plus de dix ans.

Angela Merkel prononce l'échec de la société multiculturelle en Allemagne

Dans un discours prononcé hier devant les jeunes de l'Union des chrétiens démocrates (CDU) à Potsdam, la chancelière allemande Angela Merkel a dénoncé l'échec des politiques visant à créer une société multiculturelle dans son pays.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France ©REUTERS/ Thomas Peter)

Le credo "Multikulti", “nous vivons maintenant côte à côte et nous nous en réjouissons” n'a pas fonctionné selon elle. "Cette approche a échoué, totalement échoué", a-t-elle souligné. Avant d'estimer que “nous n'avons pas besoin d'une immigration qui pèse sur notre système social”.

Ce discours alimente le débat sur l'immigration et l'intégration qui fait actuellement rage au sein de la CDU, le parti d'Angela Merkel. Plusieurs responsables réclament une politique plus dure à l'encontre des immigrés qui ne montreraient pas le désir de s'adapter à la société allemande.

Angela Merkel semble aller dans leur sens puisqu'elle a argué dans son discours hier que les nouveaux arrivants doivent apprendre l'allemand afin de profiter du système scolaire et de trouver leur place sur le marché de l'emploi.

Les quotidiens allemands comme Bild ou Sueddeutsche ont commenté ses propos.

Ces déclarations ont lieu au moment où le débat sur la place des étrangers en Allemagne a resurgi sur la place publique depuis la parution d'un essai écrit par Thilo Sarrazin, L'Allemagne se détruit, dans lequel il affirme que les musulmans minent la société allemande et abaissent l'intelligence moyenne de la population.

Le discours de la chancelière allemande fait aussi écho à celui prononcé le 30 juillet dernier par Nicolas Sarkozy à Grenoble lors de la prise de fonction du nouveau préfet de l'Isère.

"Nous subissons les conséquences de 50 années d'immigration insuffisamment régulée qui ont abouti à un échec de l'intégration", avait alors déclaré le chef de l'Etat. Ajoutant ensuite que le système d'intégration français "ne marche plus".

Ce constat constituera peut-être un sujet de conversation entre les deux dirigeants, en marge de leur rencontre demain et mardi, à Deauville, autour de la sécurité européenne et la future présidence française des G8 et G20, où sera également présent le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

Violaine Jaussent, avec agences

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.