Angela Merkel a participé samedi à un office religieux à la mémoire des 21 victimes de la bousculade de la Love Parade

Cette cérémonie oeucuménique à l'église du Sauveur de Duisbourg avait lieu en présence de nombreuses personnalités, dont le président Christian Wulff.21 personnes sont mortes et plus de 500 ont été blessées le 24 juillet dans une bousculade monstre en tentant d'accéder au festival techno organisé à Duisbourg.

Cérémonie à Duisbourg en hommage aux victimes de la bousculade de la Love Parade (31 juillet 2010)
Cérémonie à Duisbourg en hommage aux victimes de la bousculade de la Love Parade (31 juillet 2010) (AFP / Friedrich Stark)

Cette cérémonie oeucuménique à l'église du Sauveur de Duisbourg avait lieu en présence de nombreuses personnalités, dont le président Christian Wulff.

21 personnes sont mortes et plus de 500 ont été blessées le 24 juillet dans une bousculade monstre en tentant d'accéder au festival techno organisé à Duisbourg.

Les drapeaux étaient en berne samedi dans toute l'Allemagne, et une mer de bougies s'étalait, au milieu de fleurs, près de la sortie d'un tunnel où le drame s'est produit. Il s'agissait, pour les milliers de ravers, de l'unique accès au terrain d'une ancienne gare de fret qui hébergeait la Love Parade.

La cérémonie religieuse en hommage aux victimes a été retransmise par quatre chaînes de télévision nationale. Elle a été suivie par des milliers de personnes rassemblées devant des écrans géants et dans d'autres églises de la ville ainsi qu'au stade municipal. Et des milliers de personnes devaient participer dans l'après-midi à un défilé en direction de l'ancienne gare de fret.

La colère gronde contre la mairie et les promoteurs du festival, accusés d'avoir négligé les mesures de sécurité alors que plus d'un million de personnes étaient attendues pour la fête.

Dans un rapport préliminaire rendu public mercredi, les autorités régionales de Rhénanie du Nord-Westphalie ont accablé l'organisateur de la Love Parade et estimé que le dispositif de sécurité était fondé sur des calculs erronés quant à la répartition de la foule et sa fluidité.