Stéphane Hessel, l'inlassable militant indigné des droits de l'Homme

Stéphane Hessel, ancien ambassadeur de France, né à Berlin en 1917, déporté en 1944 pour résistance, mort le 27 février à 95 ans, symbolisait une certaine idée de l'Europe et du combat pour les droits de l'Homme.

Fils de Franz et Helen Hessel, née Grund, qui inspireront, avec l'écrivain Henri-Pierre Roché, le trio de Jules et Jim, il a été naturalisé français en 1937. Normalien, Stéphane Hessel, qui parlait allemand, français et anglais, était l'incarnation de l'intellectuel européen.

Mobilisé en 1939, fait prisonnier, il s'était évadé et avait rejoint le général de Gaulle à Londres. Envoyé en France en 1944, il avait été arrêté et déporté à Buchenwald.

A la Libération, il participa en tant que secrétaire à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'Homme.

Depuis de nombreuses années, il symbolisait le combat en faveur des droits de l'Homme, que ce soit en France avec les sans-papiers ou les mal-logés ou dans le monde pour le droit des Palestiniens, par exemple.

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a salué dans un tweet «le grand Européen, toujours engagé, jamais satisfait, mû par un esprit de combat et de liberté».

110
REMY GABALDA / AFP
210
LOIC VENANCE / AFP
310
BORIS HORVAT / AFP
410
BORIS HORVAT / AFP
510
PATRICK KOVARIK / AFP
610
MEHDI FEDOUACH
710
JACK GUEZ / AFP
810
ERIC FEFERBERG / AFP
910
JOEL SAGET / AFP
1010
BORIS HORVAT / AFP