Réflexion faite : gouverner est-il un art ?

Comme chaque semaine, Martin Legros, rédacteur en chef de Philosophie Magazine est en plateau pour la rubrique "Réflexion faite".

La situation n'a pas évolué. L'Allemagne n'a toujours pas de gouvernement. Angela Merkel n'arrive pas à faire entrer les libéraux dans sa coalition. Le leader du FDP, Christian Lindner, a d'ailleurs récemment déclaré : "Il est préférable de ne pas gouverner plutôt que de mal gouverner". Selon Martin Legros, rédacteur en chef de Philosophie Magazine, "c'est une manière de contourner la politique au lieu de l'affronter frontalement qui est désarmante. L'Allemagne est un peu désarmée aujourd'hui".

Plusieurs conceptions d'un bon gouvernant

Pour aborder la politique, il y a plusieurs conceptions, dont une vertueuse, celle d'Aristote. "Il partait de la supposition que nous sommes tous des animaux sociaux tendus vers le bien. S'il y a des conflits d'intérêts dans la société, des différences de valeurs, d'idées, néanmoins, tout le monde participe quelque part à une certaine idée du bien. Et le bon gouvernant est celui qui sait tirer chacun vers la concorte en vertu de cela. La politique c'est l'accomplissement d'un bien commun", explique en plateau Martin Legros.

La deuxième conception pour aborder la politique est celle de Machiavel. Selon lui, un bon gouvernant est celui "qui sait intervenir comme un tiers impartial, qui est prêt à devenir une bête, un lion pour utiliser la force, un renard quand il utilise la ruse, mais il doit être capable d'entrer dans le mal", explique le rédacteur en chef de Philosophie Magazine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Angela Merkel à Berlin (Allemagne), le 20 novembre 2017.
Angela Merkel à Berlin (Allemagne), le 20 novembre 2017. (MAURIZIO GAMBARINI / DPA / AFP)