Covid-19 : l'Allemagne envisage de classer la Moselle en zone à risque maximal à partir de lundi soir

Selon France Bleu Lorraine, les élus français et allemands vont négocier pour espérer trouver une solution qui permette notamment aux travailleurs frontaliers de se rendre en Allemagne.

Article rédigé par
France Bleu Lorraine - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Illustration frontière franco-allemande. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Selon les informations de France Bleu Lorraine, samedi 27 février, l'Allemagne envisage de classer la Moselle en zone à risque maximal à partir de lundi soir à minuit. Cela correspond à un classement du département en niveau 3, c'est-à-dire parmi les zones les plus touchées par les mutations du coronavirus, tout comme la République tchèque et le Tyrol autrichien.

La décision de Berlin de classer la Moselle en zone à risque maximal signifie que la seule possibilité pour les Mosellans de passer la frontière dès mardi sera de montrer un test PCR négatif de moins de 24 heures. Le département compte pourtant 16 000 personnes qui vont travailler en Sarre ou en Rhénanie Palatinat chaque jour, ce qui implique la réalisation d'environ 80 000 tests PCR par semaine. "Ce serait ingérable", avance le député LREM de Moselle-Est Christophe Arend à France Bleu Lorraine, qui confirme la décision de Berlin.

Menaces sur les frontières

Selon France Bleu Lorraine, les élus français et allemands vont négocier dimanche et lundi pour espérer trouver une solution qui permette aux travailleurs frontaliers, mais aussi aux écoliers et lycéens franco-allemands de se rendre en Allemagne. Les élus souhaitent notamment se mettre d'accord des deux côtés de la frontière sur des tests antigéniques, plus rapides et plus souples.

Le Premier ministre Jean Castex l'a confirmé jeudi : la Moselle compte 60% de variants sud-africains, un chiffre qui inquiète particulièrement l'Allemagne, au point de remettre en cause l'ouverture des frontières.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.