Climat : la justice allemande demande à Angela Merkel d'être plus ambitieuse

L'Allemagne aura jusqu'à fin 2022 pour revoir et améliorer sa copie en précisant davantage ses efforts pour la période après 2030.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La chancelière allemande Angela Merkel à Berlin, le 18 avril 2021. (CHRISTOPH SOEDER / DPA / AFP)

Peut faire beaucoup mieux. La plus haute juridiction allemande a infligé jeudi 29 avril un camouflet à Angela Merkel en lui demandant de présenter une politique climatique plus ambitieuse, à un moment où les écologistes ont le vent en poupe en vue des élections fédérales de septembre.

Les objectifs actuels du gouvernement en matière de baisse d'émissions de gaz à effet de serre sont jugés "insuffisants" et "pas conformes aux droits fondamentaux" par la Cour constitutionnelle. Si la trajectoire restait telle quelle, l'effort serait repoussé sur les générations futures qui devraient agir "de manière de plus en plus urgente et à brève échéance".

La loi actuelle n'a pas prévu "d'exigences suffisantes pour la réduction ultérieure des émissions à partir de l'année 2031", assènent les juges dans leur communiqué. L'Allemagne aura jusqu'à fin 2022 pour revoir et améliorer sa copie en précisant davantage ses efforts pour la période après 2030.

Plaintes contre la loi actuelle sur le climat

Votée en décembre 2019 sous l'impulsion du gouvernement de coalition entre conservateurs du parti d'Angela Merkel et sociaux-démocrates, cette loi impose en l'état une réduction de 55% des émissions des gaz à effet de serre d'ici 2030 par rapport au niveau de 1990. Mais, quatre plaintes avaient été déposées à son encontre par des associations environnementales, l'estimant insuffisante.

"Nous avons gagné !", a réagi sur Twitter Luisa Neubauer, l'une des représentantes du mouvement Friday for Future dans le pays et l'une des parties civiles. "Attendre et reporter à plus tard des réductions radicales des émissions n'est pas constitutionnel", a aussi estimé l'avocate de plusieurs plaignants, Roda Verheyen.

Les juges n'ont cependant pas donné suite à toutes les revendications des plaignants, notamment sur l'instauration d'une limitation de vitesse sur les autoroutes ou encore la fermeture immédiate des centrales à charbon, prévue pour 2038.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.