Allemagne : un espion égyptien présumé dans le service de presse d'Angela Merkel

L'homme est soupçonné "d'avoir travaillé pendant des années pour le compte d'un service de renseignement égyptien", selon le renseignement intérieur allemand.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'entrée du service de presse du gouvernement allemand, en juillet 2008, à Berlin. (GOOGLE STREET VIEW)

Berlin, nid d'espion ? La police allemande a annoncé, jeudi 9 juillet, avoir ouvert une enquête contre un espion égyptien présumé travaillant pour le service de presse du gouvernement et de la chancelière Angela Merkel.

L'homme est soupçonné "d'avoir travaillé pendant des années pour le compte d'un service de renseignement égyptien", a souligné le renseignement intérieur allemand dans un rapport. L'enquête a été ouverte en décembre 2019 et "se poursuit" aujourd'hui. Le renseignement n'a pas donné d'informations sur son identité ou sur son sort au cours des derniers mois, parlant seulement de "mesures" prises par la police à son encontre.

Selon le quotidien allemand Bild, l'homme est un employé de la fonction publique allemande "de grade intermédiaire", hiérarchiquement à un niveau plus élevé que les débutants mais ne faisant pas partie de la haute fonction publique. 

Des journalistes égyptiens surveillés à Berlin ?

Il travaillait notamment au service des visites du centre de presse fédéral allemand, un service chargé notamment de la communication sur les activités de la chancellerie. L'espion présumé s'occupait notamment d'accueillir les visiteurs. Selon Bild, il pourrait avoir par ce biais surveillé des journalistes égyptiens.

D'après le rapport, tant le service d'espionnage extérieur égyptien que son service de renseignement intérieur sont actifs en Allemagne. Leur objectif est notamment de collecter des informations sur des opposants au régime égyptien du président Abdel Fattah Al-Sissi qui vivent dans le pays. 

Les services égyptiens s'intéressent en particulier aux sympathisants de la confrérie des Frères musulmans, interdite depuis 2013 en Egypte. Ils visent aussi les membres de la communauté chrétienne des coptes et tentent de recruter des ressortissants égyptiens comme espions. "Ils profitent pour cela des déplacements qu'effectuent ces personnes dans les représentations diplomatiques égyptiennes en Allemagne ou des voyages qu'ils effectuent" dans leur pays d'origine, souligne le rapport.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.