Cet article date de plus de cinq ans.

Allemagne : un concert de rock à Chemnitz contre "la haine" d'extrême droite

Plusieurs groupes allemands participent lundi soir à un concert de rock dans cette ville, en réaction à plusieurs manifestations anti-étrangers organisées par l'extrême droite depuis une semaine. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des milliers de personnes sont rassemblées à Chemnitz, en Allemagne, pour un concert gratuit contre la xénophobie, le 3 septembre 2018.  (JOHN MACDOUGALL / AFP)

"Nous sommes plus nombreux" : plusieurs groupes allemands participent, lundi 3 septembre au soir, à un concert de rock à Chemnitz, contre la xénophobie, soutenu également par les plus hautes autorités de l'Etat qui appellent les Allemands à se mobiliser contre "la haine" propagée par l'extrême droite.

Plus de 20 000 participants sont attendus pour ce concert gratuit, qui s'est ouvert en fin d'après-midi et où doivent se produire des groupes de la scène locale et nationale.

"Il est très important que nous arrêtions ce mouvement"

"Il ne s'agit pas ici d'une bataille gauche contre droite mais d'une évidence et ce peu importe votre couleur politique : s'opposer à une foule d'extrême droite qui devient violente", a expliqué Campino, chanteur vedette du groupe Die Toten Hosen, très célèbre en Allemagne. "Il est très important que nous arrêtions ce mouvement tant que c'est encore une boule de neige et avant que cela ne devienne une avalanche", a ajouté le chanteur.

Plusieurs manifestations anti-étrangers sont organisées par l'extrême droite depuis une semaine dans cette ville de Saxe. Samedi, plusieurs formations de la droite ultra sont à nouveau descendues dans les rues pour dénoncer, comme elle le font sans cesse depuis le 26 août, la mort d'un Allemand de 35 ans, tué de plusieurs coups de couteau dans la rue. La justice a arrêté un demandeur d'asile irakien de 22 ans, soupçonné du meurtre, et un complice présumé syrien dans cette affaire. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.