Allemagne : deux cents ans après la naissance de Karl Marx à Trèves, une statue offerte par la Chine fait polémique

Une statue géante à l'effigie du philosophe a été offert à sa ville natale, dans l'ouest du pays. Mais ce cadeau de Pékin a été mal reçu sur place. Des associations ont manifesté, samedi 5 mai, lors de son inauguration.

Inauguration d\'une statue de Karl Marx à Trèves (Allemagne), le 5 mai 2018.
Inauguration d'une statue de Karl Marx à Trèves (Allemagne), le 5 mai 2018. (WOLFGANG RATTAY / REUTERS)

Plaisir d'offrir mais pas toujours joie de recevoir... A l'occasion du bicentenaire de la naissance de Karl Marx, la Chine a décidé d'offrir une statue en bronze de l’auteur du Capital à Trèves, où ce dernier a vécu jusqu’à ses 17 ans. Sauf que ce cadeau fait grincer des dents... près de trente ans après la chute du mur de Berlin. 

Plusieurs manifestations ont eu lieu, samedi 5 mai, lors de son inauguration dans le centre historique de cette ville située dans le sud-ouest de l'Allemagne. "Nous voulons protester bruyamment contre l'inauguration de la statue et faire entendre notre voix contre la glorification du marxisme !", a scandé Dieter Dombrovski, président de l'Union des groupes de victimes de la tyrannie communiste.

"Déboulonnons Marx !"

Côté politique, ce cadeau de la Chine choque aussi bien les écologistes que l’extrême droite. "N'oublions pas les victimes du communisme - Déboulonnons Marx !", a lancé de son côté le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD).

Pour les Verts, "le problème n’était pas tant de célébrer Marx que d’accepter un présent de Pékin", rapporte Le Monde. "Celui qui reçoit un cadeau rend honneur à celui qui l’offre. Or, le Parti communiste chinois ne mérite pas d’être honoré", s'agacent les écologistes. 

D'autres accusent le maire de Trèves d'avoir accepté la statue pour chercher à charmer les touristes et les investisseurs chinois. Il s'agit d'"un simple geste d'amitié" de Pékin, s'est défendu le social-démocrate Wolfram Leibe.