Alerte rouge face à l'offensive de l'ETA

L'Espagne était en alerte rouge après l'offensive meurtrière lancée par l'ETA pour marquer son 50e anniversaire vendredi

L'Espagne était en alerte rouge après l'offensive meurtrière lancée par l'ETA pour marquer son 50e anniversaire vendrediL'Espagne était en alerte rouge après l'offensive meurtrière lancée par l'ETA pour marquer son 50e anniversaire vendredi

Sur les routes, dans les ports commerciaux et de plaisance ainsi qu'à l'aéroport de Majorque, un important dispositif policier était toujours visible dans l'île méditerranéenne pour retrouver les auteurs de l'attaque et prévenir un nouvel attentat.

Le chef du gouvernement socialiste José Luis Rodriguez Zapatero et le chef de l'opposition conservatrice Mariano Rajoy se sont rendus à Palma de Majorque, à la chapelle ardente érigée à l'intérieur du palais de l'Almudaina, où reposent les deux gardes civils décédés. Ils vont assister aux funérailles d'Etat de Carlos Saenz de Tejada Garcia, 28 ans, et Diego Salva Lezaun, 27 ans, présidées par le prince Felipe, héritier à la couronne, en l'absence du roi Juan Carlos Ier, en voyage officiel sur l'île portugaise de Madère.

Les dépouilles quitteront la chapelle ardente avant d'être transportées à la cathédrale de Palma de Majorque où se tiendra un office religieux en présence de l'archevêque militaire, Mgr Juan del Rio Martin.

Rappel des faits

Deux gardes civils ont été tués dans l'explosion d'une bombe ventouse placée sous leur véhicule officiel, devant la caserne de la localité située sur la commune de Calvia, à Majorque. Une deuxième bombe a été neutralisée sous un véhicule militaire d'une autre caserne à Majorque, a-t-on appris jeudi soir. La garnison de Palmanova, à Calvia, est proche du palais de Marivent, où la famille royale espagnole passe traditionnellement ses vacances d'été.

L'attentat survient au lendemain d'un attentat à la voiture piégée attribué à ETA, qui a fait 64 blessés légers mercredi, contre la caserne de la garde civile de Burgos.

L'organisation séparatiste basque a été fondée il y a exactement 50 ans, le 31 juillet 1959.

L'agence de presse basque Vasco Press souligne que cet attentat s'est produit 18 ans jour pour jour après l'explosion de deux voitures piégées à Majorque qui avaient fait deux blessés le 30 juillet 1991. La garde civile espagnole est une cible privilégiée de l'organisation clandestine, affaiblie ces dernières années par des coups de filet policiers à répétition en France et en Espagne.

A lire aussi: