Cet article date de plus d'un an.

60e anniversaire du Traité de l'Elysée : "On sent très bien que les relations franco-allemandes se refroidissent", estime une députée allemande

Ingeborg Grässle regrette notamment l'hésitation de Berlin pour l'envoi de chars en Ukraine. "J'ai honte de l'Allemagne", lâche sur franceinfo l'élue CDU/CSU.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Emmanuel Macron, le président français et Olaf Scholz, le chancelier allemand, à Tirana (Albanie), le 6 décembre 2022. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Emmanuel Macron reçoit dimanche 22 janvier le chancelier allemand Olaf Scholz à Paris pour célébrer les 60 ans du Traité dit de l'Elysée actant la réconciliation entre l'Allemagne et la France après la guerre. Les deux dirigeants vont présider un conseil des ministres franco-allemand, donnant ainsi une image d'unité. Pourtant, "on sent très bien que les relations se refroidissent" entre les deux pays, estime sur franceinfo Ingeborg Grässle, députée CDU/CSU au Bundestag. "La mise en œuvre du Traité n'est plus ce que cela a été", estime cette élue du sud de l'Allemagne.

"J'espère que le chancelier va comprendre qu'il faut relancer cette relation. Malheureusement, les dirigeants actuels ne sont pas francophiles, ni francophones", regrette Ingeborg Grässle. Depuis le départ d'Angela Merkel, les relations ont changé entre Paris et Berlin, estime la députée.

"Emmanuel Macron est un peu comme le champagne et notre chancelier comme de l'eau plate tiède."

Ingeborg Grässle, députée allemande

à franceinfo

Au sein de l'Union européenne, les Allemands sont pointés du doigt en raison de leur non prise de décision sur l'envoi de chars en Ukraine. "Le Parlement est majoritairement du côté de l'Ukraine, on veut donner des chars. Il y a une majorité claire au sein du Parlement allemand, assure Ingeborg Grässle. C'est encore un mensonge" des dirigeants allemands de dire le contraire. "J'ai honte de l'Allemagne, insiste-t-elle. L'histoire va montrer que l'Allemagne a une lourde responsabilité dans ce qui se passe en Ukraine. J'espère qu'ils vont surmonter la réticence."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.