4 Vérités - Florian Philippot : "L’Union européenne est un projet ringard"

Florian Philippot était l'invité des 4 Vérités ce lundi 6 juillet. Il est largement revenu sur le résultat du référendum en Grèce.

France 2

Au lendemain du référendum grec sur de nouvelles mesures d'austérité, le vice-président du Front national s'est félicité du "non", lundi 6 juillet. "C'est un souffle de liberté parce qu'il y a eu un chantage inadmissible et que la Grèce a voulu dire 'non' à tout ça et 'non' à une politique qui ne fonctionne pas", a-t-il déclaré sur France 2.

Selon lui, les mesures imposées par l'Union européenne ont conduit à une "austérité massive qui a fait dégringoler le PIB de 25%, qui a doublé la pauvreté, fait diminuer les pensions de retraite"...

"La dissolution de l'euro"

Le numéro 2 du FN a également estimé que c'était "une bonne nouvelle pour nous, contribuables français parce que, si le 'oui' était passé hier, il aurait fallu ressortir le carnet de chèques". Florian Philippot a considéré que ce "non" allait "permettre d'ouvrir une nouvelle porte, une nouvelle possibilité".

Désormais, "l'objectif qu'on doit se fixer est la dissolution de l'euro", a préconisé le vice-président frontiste. "Il n'y a pas de solution dans ce système : il suffit qu'un pays connaisse une crise pour que l'ensemble de la zone euro soit affecté". "Cette monnaie-là n'est pas viable", conclut Florian Philippot pour qui "l'Union européenne est un projet ringard".

Le vice-président du Front national, Florian Philippot, à Metz (Moselle), le 9 mars 2015.
Le vice-président du Front national, Florian Philippot, à Metz (Moselle), le 9 mars 2015. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)