360 corps exhumés d'un charnier en Bosnie

Ces cadavres sont ceux de victimes de la purification ethnique menée par les forces serbes de Bosnie, à partir d'avril 1992.

Des experts légistes recherchent des restes humains dans la fosse commune de Tomasica, dans le nord-ouest de la Bosnie, le 22 octobre 2013.
Des experts légistes recherchent des restes humains dans la fosse commune de Tomasica, dans le nord-ouest de la Bosnie, le 22 octobre 2013. (ELVIS BARUKCIC / AFP)

C'est peut-être le plus grand charnier de Bosnie. Dans le "triangle de l'horreur", près de Prijedor (nord-ouest), les experts légistes ont exhumé 360 corps de la fosse commune de Tomasica, rapporte la BBC (en anglais), vendredi 1er novembre. Ces corps sont ceux de victimes de la purification ethnique menée par les forces serbes de Bosnie, à partir d'avril 1992, contre les populations croates et musulmanes du pays.

Le charnier, une ancienne mine de fer, située à 20 kilomètres de Prijedor, l'un des bastions serbes pendant la guerre de Bosnie, a été découvert début septembre par l'Institut bosnien pour les personnes disparues, qui recherche toujours 1 200 victimes sur les 3 000 disparues dans la région, grâce aux informations fournies par d'anciens militaires serbes de Bosnie. Les experts pensent que des centaines de corps sont toujours enterrés, dans cette fosse qui mesure 5 000 m2 et plus de 10 mètres de profondeur.

Plus de 20 ans après, les cadavres exhumés à Tomasica sont toujours en état de décomposition. Certains sont même quasiment intacts, ce qui est un "phénomène inattendu", explique un médecin légiste. "Cela s'explique par la nature de la composition du sol, mais aussi par le fait que les cadavres étaient couverts par une couche de terre épaisse de 10 à 12 mètres", fait-il valoir.