10 juillet 1985. Le Rainbow Warrior coule dans le port d’Auckland

Le 10 juillet 1985, en pleine nuit, deux mines posées sur la coque du Rainbow Warrior explosent, provoquant l’engloutissement du bateau de l’association écologique Greenpeace dans le port néo-zélandais d'Auckland.

Le Rainbow Warrior couché sur le côté dans le port d\'Auckland, le 10 juillet 1985.
Le Rainbow Warrior couché sur le côté dans le port d'Auckland, le 10 juillet 1985. (AFP / New Zealand Herald)
Après des années d'opacité, on sait désormais que l'ordre de cette opération de sabotage, destinée à empêcher les militants de Greenpeace de perturber les essais nucléaires français à Mururoa, a bel et bien été donné au plus haut niveau. L'amiral Lacoste, ancien directeur de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), l'affirme: l'ordre venait de François Mitterrand lui-même.
 
Rappel des faits …

Ce scandale aura de profondes répercussions dans les relations entre la France et la Nouvelle-Zélande.
En 1987, la France versera 8,16 millions de dollars d’indemnités à Greenpeace.