Cet article date de plus de dix ans.

10,8 millions d'allemands sont appelés aux urnes ce dimanche dans les Länder de Rhénanie-Palatinat et de Bade-Wurtemberg

Dans ces deux scrutins régionaux qui ont tourné au référendum sur la politique nucléaire, les électeurs menacent d'infliger une défaite aux conservateurs de la chancelière Angela Merkel.Dans le Bade-Wurtemberg, qui vote conservateur depuis 58 ans, les chrétiens-démocrates risquent de perdre le pouvoir,ce qui serait un coup dur pour la chancelière.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Manifestation à Berlin contre l'énergie nucléaire le 26 Mars 2011 (PHOTO AFP / ANDERSEN ODD)

Dans ces deux scrutins régionaux qui ont tourné au référendum sur la politique nucléaire, les électeurs menacent d'infliger une défaite aux conservateurs de la chancelière Angela Merkel.

Dans le Bade-Wurtemberg, qui vote conservateur depuis 58 ans, les chrétiens-démocrates risquent de perdre le pouvoir,ce qui serait un coup dur pour la chancelière.

En Rhénanie-Palatinat, selon les sondages, le SPD devrait conserver le pouvoir, avec le soutien des Verts qui comme en Bade-Wurtemberg pourraient faire irruption au parlement régional et s'imposer comme partenaires de gouvernement au social-démocrate (SPD) Kurt Beck, qui y règne depuis 17 ans.

L'hostilité de la population envers l'énergie atomique et les critiques contre les hésitations d'Angela Merkel ont été des thèmes forts de la campagne dans le Bade-Wurtemberg, où les Verts avaient déjà le vent en poupe après avoir pris la tête de l'opposition à un projet de nouvelle grande gare au coeur de Stuttgart, capitale du Land.

Samedi, 250.000 personnes ont défilé dans les grandes villes d'Allemagne en réclamant la fermeture définitive de l'ensemble des centrales nucléaires allemandes. Après avoir tout d'abord prolongé la durée de vie des 17 centrales du pays, le gouvernement fédéral a décidé la fermeture immédiate de sept des plus anciennes, dans la foulée des accidents survenus au Japon à la centrale de Fukushima-Daiichi. Le brutal changement de cap de Mme Merkel a été perçu comme une manoeuvre électoraliste et ses détracteurs la soupçonnent de vouloir relancer les réacteurs après le scrutin.

"Perdre le pouvoir en Bade-Wurtemberg serait la pire défaite de Merkel depuis qu'elle a pris la tête de la CDU" en 2000, estime l'hebdomadaire Die Zeit. La défaite attendue dans ce land réduira la marge de manoeuvre de la coalition conservateurs-libéraux au Bundesrat, chambre haute du parlement où sont représentés les Länder, sans pour autant menacer son mandat qui court jusqu'en 2013.

Quelque 10,8 millions d'électeurs sont appelés aux urnes dans les deux Länder. Les bureaux de vote qui ont ouvert à 8H00 locales, fermeront à 18H00 (16H00 GMT). Les premiers résultats provisoires doivent tomber peu après.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.