Cet article date de plus de huit ans.

États-Unis : le maire de San Diego, accusé de multiples harcèlements sexuels, démissionne

Bob Filner a annoncé qu'il quitterait prochainement ses fonctions de maire de San Diego, en Californie. La raison ? Une vingtaine de femmes l'accusent de harcèlement sexuel. L'élu démocrate a donc cédé, tout en dénonçant "l'hystérie collective" dont il se dit victime.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Mike Blake Reuters)

Comment concilier plates excuses et rancoeur non dissimulée ? Bob Filner a trouvé la bonne formule.

Le maire de San Diego, élu il y a moins d'un an à la tête de cette ville de la côte californienne, a présenté vendredi sa démission devant le conseil municipal. "Je vous demande pardon à tous " a-t-il notamment déclaré.

L'homme de 70 ans est en fait visé par 18 femmes, qui ont toutes déposé plainte contre lui pour harcèlement sexuel. Il a choisi de quitter son poste, le 30 août prochain, après d'âpres négociations avec des élus municipaux et son ancienne directrice de la communication Irene McCormack Jackson, la première à l'avoir accusé.

"Je n'avais pas l'intention d'être offensant ou de violer une quelconque limite physique ou émotionnelle. J'essayais d'établir des relations personnelles, mais un mélange d'orgueil et de maladresse ont conduit à un comportement que beaucoup ont trouvé offensant"

Mais avant de partir, le désormais ex-maire a tenu à livrer le fond de sa pensée : "Aucune allégation [...] n'a été indépendamment vérifiée ou prouvée devant un tribunal. Je n'ai jamais harcelé sexuellement quiconque. Mais l'hystérie a pris le dessus, que beaucoup d'entre vous ont alimentée. C'est l'hystérie d'un lynchage ".

Bob Filner a tout de même pris la peine de prononcer quelques mots pour sa femme : "Tu as fait des choses mémorables pendant la courte période où tu as été Première dame et je m'excuse personnellement pour le mal que je t'ai fait ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.