Etats-Unis : deux journalistes tués en direct, le tireur s'est suicidé

Lors d'une interview en Virginie aux Etats-Unis ce mercredi, un cameraman et une journaliste américains ont été tués par balles. Ils travaillaient pour une télé locale WDBJ7. La personne qu'ils interviewaient a été blessée. L'auteur des faits est un ancien employé. Il a retourné l'arme contre lui et est mort à l'hôpital.

(Les deux journalistes américains tués par balles en direct à la télé © AP/SIPA)

Drame en direct. Ce mercredi, deux journalistes ont été tués en direct alors qu'ils réalisaient une interview en Virgnie, aux Etats-Unis. La journaliste et son cameraman travaillaient pour la chaîne locale WDBJ7 qui a annoncé leur mort sur Twitter. Sur place; le correspondant de France Info parle de "sidération générale ". La femme qu'ils interviewaient, la présidente de la Chambre de commerce a été blessée et transportée à l'hôpital mais ses jours ne sont pas en danger.

Le tireur apparait à l'image. La police l'a très vite identifié et s'est mis activement à la recherche de sa voiture. Dans la vidéo, on entend le suspect tirer six ou sept coups de feu. "Nous ignorons le mobile, nous ne savons pas qui a tiré ", a déclaré pour sa part le directeur général de la chaîne, Jeff Marks. Un peu plus tard, le gouverneur de Virginie Terry McAuliffe a annoncé qu'il s'agissait "d'un employé mécontent de la chaîne ", Vester Flanigan.

Reportage sans danger

Sur la vidéo, on entend les coups de feu et on voit la caméra tomber. On entend également les cris de la journaliste et on la voit qui court pour se cacher. Les deux journalistes étaient âgés de 24 et 27 ans. 

Le drame s'est produit lors d'une retransmission en direct du comté de Bedford vers 6h45. Le reportage concernait les nouveaux logements dans un parc, et non pas dans un cadre dangereux, ce qui rend l'affaire troublante. Les écoles autour du lieu où les deux journalistes ont été tués ont été brièvement bouclés, ainsi que la télévision WDBJ7.

Le suspect a posté des vidéos sur Facebook et s'est suicidé

Quelques heures après la tuerie, alors que la police a identifié le suspect et est à sa poursuite, l'homme d'une quarantaine d'années a posté deux vidéos sur ses comptes Twitter er Facebook. On le voit s'approcher des deux journalistes et pointer un revolver vers eux. Ils ne semblent pas prêter attention, concentrés sur l'interview. On le voit ensuite tirer et la vidéo s'interrompt. Ses comptes Twitter et Facebook ont été fermés.

Identifié comme étant un ancien employé, Vester Flanigan était connu sur WDBJ7 sous le nom de Bryce Williams. Il avait été licencié de la chaîne locale pour conduite inappropriée et menace sur d'autres employés. La police l'a intercepté alors qu'il avait refusé de s'arrêter. Elle a annoncé qu'il s'était donné la mort, puis a ensuite rectifié en expliquant qu'il s'était grièvement blessé en tentant de se suicider. "Il a été transporté à l'hôpital dans un état critique ", a annoncé la police de Virginie sur son compte Facebook, il est décédé quelques minutes plus tard, vers 19h30.

"J'ai été un baril de poudre pendant un certain temps, qui attendait juste d'exploser" (Vester Flanigan dans un fax à ABC)

Il avait envoyé un texte de 23 pages à la chaîne ABC, quelques heures avant. Il "dit qu'il a souffert de discrimination, de harcèlement sexuel et de bizutage au travail. Il dit avoir été attaqué par des hommes noirs et par des femmes blanches et raconte avoir été attaqué pour le fait qu'il est un homme noir et homosexuel ", résume ABC News. 

(La route où le tireur a été intercepté en Virginie © Capture d'écran)

La Maison Blanche demande de légiférer sur les armes

Ces tragiques faits-divers relancent à chaque fois aux Etats-Unis le débat sur les armes. La Maison Blanche a appelé dans la soirée le Congrès à légiférer sur les armes. Le porte-parole de Barack Obama, Josh Earnest déplore une "fusillade tragique ". Hillary Clinton, candidate à la primaire démocrate pour l'élection présidentielle de 2016, a réagi sur Twitter : "Le coeur brisé et en colère. Nous devons agir pour stopper la violence des armes et nous ne pouvons plus attendre ". Jeb Bush, candidat à l'investiture républicaine a quant à lui tweeté : "Choqué par l'horrible meurtre de Roanoke ".