Espoir contre Ebola : un antiviral japonais réduit la mortalité

Enfin une bonne nouvelle sur le front de la lutte contre l’épidémie d’Ebola qui a déjà tué plus de 9000 personnes. Alors qu'il n’y avait jusqu’à présent aucun remède, l'Inserm révèle qu'un médicament a permis de réduire "significativement" la mortalité.

(Le Favipiravir, un antiviral fabriqué au Japon © MAXPPP)

 L’Inserm, l’institut de recherche français, vient de dévoiler les premiers résultats d’un essai clinique mené en Guinée depuis fin décembre. Le médicament qui a permis de réduire "significativement" la mortalité, c'est un antiviral fabriqué au Japon, le Favipiravir. Il était jusqu’ici utilisé contre la grippe. Les chercheurs ont augmenté la dose. En le testant d’abord sur quelques malades d’Ebola accueillis en Europe. Et depuis décembre sur quatre-vingt patients en Guinée.

Résultat, la mortalité a baissé de façon significative selon les chercheurs, surtout quand il est pris très tôt après l’apparition des symptômes.

"Plus de cent personnes ont reçu ce médicament puis on a suivi ce qui se passait. Un des moyens de juger a été dratisque, c'était le nombre de décès qu'on pouvait éviter" a expliqué Yves Lévy, PDG  de l’Inserm.

"Sur toutes les personnes adultes ou adolescents qui ont reçu ce médicament, il y a une diminution de la mortalité" (Yves Lévy)
--'--
--'--

Un premier médicament qui pourrait à l’avenir être associé à d’autres traitements comme le sérum d’anciens malades, sérum qui sera testé en Guinée dans les prochains jours.  Six cents doses sont d’ores et déjà à disposition des autorités guinéennes, à Conakry.