Cet article date de plus de sept ans.

L'Allemagne prête à utiliser la machine à écrire pour mettre l'espionnage sur la touche

Patrick Sensburg, chef de la commission d'enquête parlementaire allemande sur l'espionnage américain, a émis cette idée lors d'une interview.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le chef de la commission parlementaire sur les espionnages en Allemagne a proposé un retour aux machines à écrire, lundi 14 juillet 2014. (GETTY IMAGES / TETRA IMAGES)

La machine écrire, le meilleur allié des agents secrets allemands. Patrick Sensburg, chef de la commission d'enquête du Bundestag sur les opérations d'espionnage menée par l’agence américaine NSA en Allemagne, a déclaré dans une interview, lundi 14 juillet, que le retour à la machine à écrire, était envisagé, rapporte The Guardian (en anglais). Une façon efficace d'éviter tout piratage en ligne lors de la rédaction ou transmission de documents sensibles.

Le gouvernement d'Angela Merkel a annoncé, jeudi 10 juillet, l'expulsion du chef des services secrets américains dans le pays, Cette décision forte intervient après la découverte d'agents doubles allemands travaillant pour le compte des services secrets américains. Une commission d'enquête a été ouverte au Bundestag

Selon The Guardian, le gouvernement russe a pris des mesures en faveur des machines à écrire l'an dernier. Ainsi "20 machines Triumph Adler ont été commandées afin de créer une écriture unique", détaille le journal.

Une proposition "grotesque"

Cette déclaration n'a pas été accueillie avec enthousiasme par la classe politique allemande. Martina Renner, membre d'opposition de la commission d'enquête a tweeté : "Avant d'utiliser une machine à écrire et de brûler les écrits après lecture, je préfère abolir les services secrets."

Sahra Wagenknecht, figure du parti de gauche Die Linke, a jugé cette proposition "grotesque". Christian Flisek, membre SPD de la commission, a déclaré que cette déclaration rendait le travail de la commission "ridicule".  "Nous vivons au XXIe siècle, où la plupart des gens communiquent avec des moyens numériques", a-t-il poursuivi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Espionnage américain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.