Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont remis en liberté, et autorisé à quitter l'Italie

L'avocat de l'eurodéputé catalan a annoncé que ce dernier allait être libéré, après avoir été arrêté jeudi en Sardaigne (Italie). Une prochaine audience est prévue le 4 octobre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Carles Puigdemont, leader indépendantiste catalan, à Bruxelles (Belgique), le 29 janvier 2020. (JOHN THYS / AFP)

"Libre !" L'ex-président indépendantiste de Catalogne (Espagne) Carles Puigdemont a tweeté sa satisfaction d'être remis en liberté, vendredi 24 septembre, mais doit rester en Sardaigne. Il a été arrêté jeudi sur cette île italienne, en attendant une décision de la justice du pays sur son extradition réclamée par l'Espagne, a annoncé son avocat. "En liberté ! La décision de la Cour de justice européenne est très claire, et aujourd'hui la position du parquet est la même, mais l'Espagne ne rate jamais une occasion de se tourner en ridicule", a-t-il tweeté. 

L'eurodéputé, poursuivi en Espagne pour son rôle dans une tentative de sécession de la Catalogne en 2017, y a comparu en visioconférence.

Principale figure de la tentative de sécession de la Catalogne en 2017, Carles Puigdemont a été destitué par Madrid après la déclaration d'indépendance de la région, consécutive à un référendum d'autodétermination jugé illégal par la justice espagnole. Il s'était alors enfui en Belgique pour échapper à des poursuites judiciaires, avant d'être élu eurodéputé en 2017. Le Parlement européen a levé l'immunité parlementaire de Carles Puigdemont et de deux autres eurodéputés indépendantistes le 9 mars 2021 à une large majorité. 

L'ancien leader politique, salué par ses partisans, a quitté la prison sans faire de déclaration. Selon son avocat, il a été autorisé à quitter l'Italie dans l'attente de la prochaine audience à laquelle il prévoit d'assister le 4 octobre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Catalogne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.