Catalogne : Google bloque en Espagne une application donnant des informations sur le référendum

L'application "On Votar 1-Oct" permet de trouver les bureaux de vote en renseignant son numéro de carte d'identité et sa date de naissance.

Capture d\'écran de l\'application \"On Votar 1-Oct\" qui est bloquée par Google en Espagne car jugée illégale.
Capture d'écran de l'application "On Votar 1-Oct" qui est bloquée par Google en Espagne car jugée illégale. (GOOGLE PLAY)

Madrid multiplie les initiatives pour mettre des bâtons dans les roues du référendum d'autodétermination de la Catalogne, une consultation que le pouvoir central espagnol juge illégale. La Haute Cour de Catalogne, soumis au pouvoir judiciaire espagnol, a ordonné, vendredi 29 septembre, à la police de prendre les mesures nécessaires pour empêcher tout recours au vote électronique, dimanche. Elle a notamment sommé Google de cesser de proposer une application qui permet la diffusion d'informations sur le scrutin.

Trouver un bureau de vote en deux clics

D'après la justice, l'application "On Votar 1-Oct" est contraire à l'arrêt rendu par le Tribunal constitutionnel espagnol le 12 septembre, qui a interdit le référendum. Cette application permet de trouver les bureaux de vote en renseignant son numéro de carte d'identité et sa date de naissance. "Vous voulez savoir où vous devez aller voter? Téléchargez l'application #1Oct (pour Android) et mettez-la à jour quotidiennement", avait écrit le président séparatiste catalan Carles Puidgemont, sur Twitter.

Le Tribunal supérieur de justice de Catalogne a par ailleurs ordonné à Google de bloquer toutes les prochaines applications provenant du même développeur, précise BFMTV.

"Est-ce que l'Espagne devient comme la Chine ?"

Le blocage de l'application, qui ne concerne que l'Espagne, a fait réagir. "Les Catalans répondent à Google qui censure leur application de localisation de vote pour le compte de l'Etat espagnol", a écrit Julian Assange, sur Twitter, alors que des commentaires critiquant Google affluent sur la page de l'application.

"Est-ce que l'Espagne devient comme la Chine et d'autres pays qui font des choses pareilles ? Honte à toi Google", s'indigne (en anglais) notamment un utilisateur catalan. "Un outil démocratique pour les Catalns que Google a retiré à cause de pressions politiques. Honte à Google pour cette fois", écrit (en anglais) également cet autre internaute. "La liberté de parole et d'information ne devrait pas être obstrué par les gouvernements", écrit (en anglais) un internaute indien.