Cet article date de plus de six ans.

Catalogne : des milliers de personnes manifestent contre l'incarcération de deux indépendantistes

Jordi Cuixart et Jordi Sanchez, deux responsables indépendantistes, ont été arrêtés lundi soir. Ils sont inculpés pour "sédition" par la justice espagnole le déroulement du référendum, le 20 septembre.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des milliers de Catalans sont descendus dans les rues de Barcelone, mardi 17 octobre, contre la mise en détention de deux importants responsables indépendantistes. (PAU BARRENA / AFP)

Des milliers de Catalans sont descendus dans la rue, mardi 17 octobre, contre l'arrestation de deux importants responsables indépendantistes inculpés pour sédition, alors que la crise entre Madrid et les séparatistes est de plus en plus aigüe.

En début de soirée, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées sur l'une des plus grandes intersections de Barcelone, armées de bougies et criant "Llibertat" (Liberté). Elles étaient 200 000 selon la police municipale.

Une réponse de la Catalogne attendue jeudi

Les manifestants ont reçu le soutien à distance d'un autre célèbre Catalan, Pep Guardiola, ancien joueur et entraîneur du FC Barcelone et désormais manager du club anglais de Manchester City, qui a dédié aux deux militants emprisonnés la victoire de son équipe en Ligue des champions mardi soir.

Ces manifestations interviennent alors que le délai accordé par le gouvernement de Mariano Rajoy au président de la communauté catalane, Carles Puigdemont, pour qu'il renonce officiellement à ses desseins séparatistes se termine, jeudi 19 octobre, à 10 heures. S'il ne recule pas, le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy pourrait suspendre totalement ou partiellement l'autonomie de la Catalogne, au risque d'agiter encore la rue.

"Un groupe organisé"

Les deux responsables indépendantistes incarcérés lundi soir sont Jordi Cuixart et Jordi Sanchez. Ils dirigent les deux principales associations indépendantistes de Catalogne, Omnium Cultural et l'Assemblée nationale catalane (ANC), à l'énorme capacité de mobilisation. La juge a estimé qu'ils risquaient de "détruire des preuves" et "récidiver", expliquant qu'ils appartenaient à un "groupe organisé" dont le but est de rechercher "en dehors de la légalité" l'indépendance de la Catalogne.

Ils sont soupçonnés d'avoir poussé des centaines de personnes le 20 septembre à Barcelone à bloquer la sortie d'un bâtiment où des gardes civils menaient des perquisitions, en lien avec l'organisation du référendum. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.