Législatives en Espagne : la poussée de Podemos et Ciudadanos

Leurs discours contre la corruption et pour une meilleure répartition des richesses séduisent. Le point avec France 3.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les élections législatives de dimanche 20 décembre en Espagne pourraient réserver des surprises. Les deux principaux partis qui se partagent le pouvoir depuis des décennies sont bousculés par deux nouveaux venus : Ciudadanos de centre-droit et Podemos, à gauche.

Le Premier ministre, Mariano Rajoy espère une nouvelle victoire de son parti aux Législatives. Face à lui, le candidat socialiste Pedro Sanchez et pour la première fois en 30 ans, deux jeunes challengers sèment le trouble au sein de ce bipartisme : Pablo Iglesias, le leader du parti anti-austérité Podemos, et Albert Rivera, chef de file des centristes de Ciudadanos.

Un scrutin indécis

Le premier, Podemos, est issu du mouvement des indignés et s'est élargi grâce à un jeune électorat essoré par la crise économique. Le second, Ciudadanos, est né de la lassitude envers les responsables des partis traditionnels.

Près de 40% des Espagnols restent pour l'instant indécis sur leur choix de vote et les sondages sont eux aussi incertains. Si les partis traditionnels perdaient pied, ces élections pourraient avoir un retentissement pour toute l'Union européenne. Dimanche, le taux de participation aux élections devrait être historique. 80% des Espagnols comptent se rendre aux urnes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Pablo Iglesias, le leader de Podemos, le parti de la gauche radicale espagnole, le 31 janvier 2015 à Madrid (Espagne).
Pablo Iglesias, le leader de Podemos, le parti de la gauche radicale espagnole, le 31 janvier 2015 à Madrid (Espagne). (TOM GANDOLFINI / AFP)