Espagne : le Premier ministre s'alarme d'une recrudescence des féminicides et du "fléau machiste"

Pedro Sanchez a lancé lundi "un appel à toute la société, aux institutions et à l'ensemble des partis politiques pour que ne soit pas banalisée la violence de genre".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, lors d'un discours sur la situation migratoire à Ceuta, le 18 mai 2021 à Madrid (Espagne). (MANU FERNANDEZ / AFP)

Le Premier ministre espagnol a lancé, lundi 24 mai, un cri d'alarme contre les féminicides après la mort la semaine dernière de cinq femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint, portant à 14 le total de féminicides en Espagne depuis le début de l'année. "C'est une réalité dure et une réalité insupportable (...) L'Espagne est en proie à un fléau machiste qui fait que des hommes tuent des femmes car elles sont des femmes, et tuent leurs enfants parce qu'elles sont leurs mères", a déclaré Pedro Sanchez, lors d'une visite à Tolède.

Le chef du gouvernement socialiste a lancé "un appel à toute la société, aux institutions et à l'ensemble des partis politiques pour que ne soit pas banalisée la violence de genre et pour que nous combattions ensemble le fléau machiste qui nous fait tant honte. Nous ne pouvons pas détourner le regard tant que ces assassinats se produiront chaque jour".

1 092 femmes tuées depuis 2003

Depuis 2003, date à laquelle l'Espagne s'est mise à comptabiliser officiellement les féminicides, 1 092 femmes ont été tuées par leur conjoint, selon Pedro Sanchez. La présidente de l'Observatoire contre la violence domestique et de genre, Ángeles Carmona, a émis de son côté l'hypothèse que cette recrudescence des féminicides puisse être liée au "retour à la normalité" ayant découlé de la récente levée de l'état d'urgence sanitaire, qui était en vigueur depuis fin octobre pour lutter contre le Covid-19.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Espagne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.