Espagne : des élus et des militaires contraints de démissionner pour s’être fait vacciner en priorité

En Espagne, des élus et des responsables militaires se sont fait vacciner en priorité, avant le personnel médical et les résidents des Ephad. Le scandale a déjà provoqué plusieurs démissions.

France 3

Les plus hauts gradés de l’armée espagnole sont au cœur de la tourmente et le chef de l’État-major a été contraint à la démission. Il est accusé, comme d’autres responsables militaires et politiques, d’avoir bénéficié d’un passe-droit pour se faire vacciner avant le personnel médical et les résidents des maisons de retraite pourtant prioritaires.

Des limogeages et des démissions

Les limogeages et les démissions s’enchaînent en Espagne. "C’est clair, que ce que j’ai fait, n’a pas été bien compris par nos citoyens, au moins par une partie d’entre eux", commente Manuel Villegas, ministre de la Santé de la région de Murcie, avant de présenter des excuses publiques et de démissionner. Des élus de tous bords ont également profité de leur statut pour se faire vacciner avant les personnes prioritaires. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le drapeau espagnol fotte à Melilla (Espagne), le 6 décembre 2018.
Le drapeau espagnol fotte à Melilla (Espagne), le 6 décembre 2018. (ARTUR WIDAK / NURPHOTO / AFP)