Attentats en Catalogne : deux suspects écroués, un troisième reste en liberté

Le troisième suspect a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire. Il s'agit du propriétaire d'une Audi A3 utilisée à Cambrils par son frère de 19 ans et quatre autres hommes.

Des policiers sont positionnés sur Les Ramblas de Barcelone (Espagne), le 18 août 2017.
Des policiers sont positionnés sur Les Ramblas de Barcelone (Espagne), le 18 août 2017. (MATTHIAS BALK / DPA / AFP)

Quatre hommes ont été mis en examen pour "appartenance à une organisation terroriste, assassinats terroristes, possession d'explosifs", mardi 22 août, après les attentats en Catalogne. Ils ont été présentés au juge en charge de l'enquête.

Deux hommes placés en détention provisoire

Parmi eux, deux membres présumés de la cellule jihadiste responsable ont été placés en détention provisoire, mardi 22 août, par le juge Fernando Andreu. Il s'agit de Mohamed Houli Chemlal, un Espagnol de 21 ans, et de Driss Oukabir, un Marocain de 27 ans.

Le premier aurait fait partie du groupe directement impliqué dans la préparation d'engins explosifs, dans une maison à Alcanar, au sud-ouest de Barcelone. Le deuxième a loué à son nom la camionnette utilisée comme véhicule-bélier contre la foule à Barcelone jeudi, et qui a fait 13 des 15 morts des attentats.

Un troisième suspect libre sous contrôle judiciaire

En revanche, le juge a décidé de laisser en liberté sous contrôle judiciaire un troisième suspect, le Marocain Mohamed Aalla, sur les quatre qui ont comparu devant lui. Le juge écrit qu'à ce stade, il n'y a pas "d'indices permettant d'établir sa participation aux faits, en dehors de la propriété (du véhicule) de nature formelle". Ce suspect avait été placé en garde à vue, vendredi, en tant que propriétaire d'une Audi A3 utilisée à Cambrils par son frère de 19 ans et quatre autres hommes.

Mohamed Aalla reste inculpé, comme les trois autres suspects, pour "appartenance à une organisation terroriste, assassinats terroristes, possession d'explosifs".

Des perquisitions chez le quatrième suspect

Le magistrat s'est enfin laissé trois jours pour décider s'il libère le quatrième suspect, Salh El Karib, Marocain lui aussi. Cet homme de Ripoll, la petite ville catalane d'où viennent la plupart des suspects, aurait acheté des billets d'avion pour deux des membres de la cellule. Le juge attend pour se décider le résultat de perquisitions qui étaient en cours mardi soir en Catalogne.