80 ans après les faits, la polémique continue autour de «la» photo de Capa

«Le Figaro» du 9 septembre fait rebondir une polémique autour d’un des clichés les plus célèbres du photojournalisme. Dans une enquête, le journal affirme que la photo de Robert Capa montrant la mort d’un Républicain en 1936 en Espagne serait une mise en scène. Une accusation loin d'être nouvelle.

La plus célèbre photo de Robert Capa sur la guerre d\'Espagne (1936), objet de nombreuses controverses. Ici, lors d\'une exposition en Italie en 2013.
La plus célèbre photo de Robert Capa sur la guerre d'Espagne (1936), objet de nombreuses controverses. Ici, lors d'une exposition en Italie en 2013. (GABRIEL BOUYS / AFP)

La photo est iconique. Elle symbolise la guerre d’Espagne. Pris le 5 septembre 1936, deux mois après le début de la guerre d'Espagne, le cliché de Capa avait été publié dans le magazine français Vu en septembre 1936 puis en 1937 dans le célèbre Life. Depuis, elle symbolise le courage des Républicains face au putchistes. Et 80 ans après les faits, elle continue à faire polémique avec son lot d'accusations de faux et de mise en scène. 


«Après sept années de recherches, un universitaire obstiné vient de démontrer que le cliché intitulé Mort d'un soldat républicain serait, en réalité, un faux», écrit Le Figaro. «Jusqu'en 2007, les spécialistes de Robert Capa considéraient que la photographie avait été prise à Cerro Muriano, une localité située à une dizaine de kilomètres au nord de Cordoue. Le biographe de Capa, Richard Whelan, se basait sur la présence, avérée, du photographe et de sa compagne, Gerda Taro, à Cerro Muriano, le 5 septembre 1936, alors que les républicains défendaient le village face aux troupes franquistes», ajoute le quotidien.
 
L’agence Magnum en 1996 avait même donné le nom du combattant mort sur la photo, nom qui serait faux. Or, l’enquête du Figaro montrerait que le lieu officiel de la photo ne serait pas compatible avec ce que montre le cliché et que dans le véritable lieu où il aurait été pris, il n’y avait pas (encore) de combats à ce moment-là.
 

Résultat, on reparle de mise en scène pour cette photo. Il est vrai que les versions varient autour des circonstances du cliché. Une polémique qui n'est pas nouvelle et à laquelle Capa, mort en 1954 en sautant sur une mine pendant la guerre d'Indochine, n'a donc jamais pu répondre mais dont il avait parlé dans sa seule interview radio

Dès 1975, un journaliste avait mis en doute la photo. En 2008, un documentaire espagnol, L'Ombre de l'iceberg, avait relancé le débat. Le film nontrait que le soldat tué n'était pas celui avancé par Magnum et évoquait le fait que la photo avait été prise par la compagne de Capa, Gerda Taro, morte pendant la Guerre d'Espagne.

Capa a suscité d'autres polémiques
La polémique a aussi porté sur les circonstances dans lesquelles la photo a été faite. A-t-elle été posée? La chute du milicien est-elle réelle...?


Mais la polémique sur cette photo n'est pas la seule dont a été victime André Friedmann, vrai nom de Robert Capa, né à Budapest en 1913. 

Ses photos du débarquement à Omaha Beach ont aussi suscité légende et controverses. Ses onze clichés (Magnificent 11 en anglais) flous pris dans la mer seraient les seuls qui auraient échappé à une erreur lors du développement. Aujourd'hui cette version est mise en cause.  Ses détracteurs l'accusant de ne pas être resté 1h30 sous les balles allemandes mais seulement une trentaine de minutes...et qu'il n'aurait pris que onze photos.

Mais personne ne nie qu'il fut bien présent sur la plage de débarquement. Au plus près. «Si ta photo n’est pas assez bonne, c’est que tu n’étais pas assez près», aimait-il dire selon sa légende.

Difficile d'être un photographe mythique. Mais pour Jean-François Leroy, directeur du festival de photojournalisme Visa pour l’Image (Perpignan), «Capa reste Capa et restera Capa jusqu’à la fin du monde».