Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Climat : la ruée vers les rubis du Groenland

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
13h15 le dimanche : "La ruée vers les rubis du Groenland"
Article rédigé par
France Télévisions

La fonte de la calotte glaciaire, due au réchauffement climatique, va favoriser l'exploitation des ressources naturelles du Groenland dans les années à venir. Sous les glaces arctiques menacées dorment des trésors qui ne demandent qu'à être mis au jour... Extrait de "13h15 le dimanche".

 

A une heure d'hélicoptère de Nuuk, la capitale du Groenland, les habitants d'un village vivaient de la pêche. Une compagnie canadienne s'est intéressée au site : elle aimerait ouvrir une mine afin d'exploiter les rubis et les saphirs autrefois ramassés par la population. C'est l'un des projets de la région, alors que la fonte des glaces va faciliter l'exploitation des ressources naturelles.

"Le site présente des conditions idéales pour que se forment des rubis et des saphirs roses. Il est très spécifique sur le plan géologique", explique une ingénieure arctique de cette société. Eté comme hiver, le camp de base accueille quarante mineurs logés dans des chambres individuelles avec tout le confort moderne.

"On ne crache pas sur les saphirs"

L'entreprise canadienne est simplement concessionnaire du terrain car "toute terre en ville ou dans la nature appartient au Groenland, et aucun individu comme aucune société ne peut l'acheter", précise la jeune femme groenlandaise. Il lui suffit de gratter à la main la fine couche de neige glacée pour mettre au jour un rocher sur lequel trône un gros saphir d'un centimètre...

"Si c'est un rouge vif, on parle de rubis. Si le rouge est plus pâle, il s'agit d'un saphir rose", dit-elle. Les rubis, beaucoup plus chers que les saphirs roses, sont recherchés en priorité, "même si on ne crache pas sur les saphirs". La ruée vers ces pierres précieuses a déjà commencé et durera neuf ans. Le personnel est local, mais l'essentiel des bénéfices va aux investisseurs canadiens et norvégiens.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.