Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Cet explorateur a vu des "soupes de plastiques" au Pays basque et dans les Alpes-Maritimes lors de son tour de France à la nage

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Rémi Camus a bouclé en septembre son tour de France à la nage. Il était l'invité de l'émission "C Politique, la suite", dimanche, sur France 5.
FRANCEINFO
Article rédigé par
France Télévisions

Rémi Camus a bouclé son périple en septembre. Il était l'invité de l'émission "C politique, la suite", dimanche, sur France 5.

"On est confrontés à régler des problèmes qui ne nous appartiennent pas. Ce ne sont pas nos déchets mais il faut les régler." Rémi Camus, qui a terminé son tour de France à la nage, en septembre, était l'invité de "C politique, la suite", sur France 5, dimanche 28 octobre. Il raconte avoir vu et avoir nagé dans des "soupes de plastiques".

Deux lieux en France ont particulièrement choqué l'explorateur français. Il a d'abord cité l'espace "entre l'entrée du port de Bayonne et Hendaye, donc la dernière ville française avant l'Espagne". Selon lui, "on a une soupe de plastiques à cet endroit-là". Dans cette zone, qui se trouve à "700-800 mètres" de la côte, il y a dans l'eau du plastique sur 3 mètres d'épaisseur et 40 kilomètres de long. Mais cela n'arrive pas tous les jours. "J'ai appris par la suite qu'il y avait une décharge à ciel ouvert qui était en bordure de littoral espagnol et qui se déversait lorsque les conditions de mer étaient favorables pour ça. Et on retrouve tous ces déchets chez nous", détaille Rémi Camus. Et de préciser : "Tous les plastiques sont écrits en espagnol."

"Les gens sont des porcs"

Interrogé sur la difficulté de nager dans ce milieu, il répond que l'exercice n'est pas particulièrement éprouvant. "C'est juste intéressant parce qu'il y a une visibilité différente de d'habitude", commente-t-il.

Rémi Camus ajoute que la situation est similaire entre le cap d'Antibes et Nice (Alpes-Maritimes), au niveau de la baie des Anges, mais avec des déchets venus d'Italie. Pour lui, la Méditerranée est une "vraie poubelle" "et les gens, forcément, y contribuent parce que les gens sont des porcs".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.