VIDEO. "C’est la meilleure solution face au réchauffement climatique" : un chercheur veut planter des milliards d’arbres pour sauver la planète

Thomas Crowther a publié une étude dans le magazine "Science", ce vendredi. Il explique ses résultats à franceinfo.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"On peut démontrer non seulement que c’est une solution parfaite, mais aussi que c’est, et de loin, la meilleure solution face au réchauffement climatique." Thomas Crowther, chercheur à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (Suisse), publie une étude "optimiste", vendredi 5 juillet, dans la revue Science (en anglais).

Il y démontre qu’en plantant des arbres, on peut réguler le climat. "Sans les humains, il y aurait 5 800 milliards d’arbres sur Terre. Il y en aurait partout. On a réduit ce nombre de moitié, donc il n’y a que 3 000 milliards d’arbres environ aujourd’hui", commence-t-il par exposer à franceinfo. Si, aujourd’hui, on ne peut pas replanter 2 800 milliards d’arbres, "parce qu’il y a des terres occupées par l’agriculture ou par des zones urbaines", il reste toutefois assez de place, d’après le scientifique, pour ajouter quelques forêts sur Terre.

Il y a encore de la place pour 1 200 milliards d’arbres. Cela pourrait absorber une immense quantité de carbone et nous aider à régler le changement climatique.

Thomas Crowther, chercheur

à franceinfo

Pour lui, cette démarche irait plus loin que les méthodes connues jusqu’ici. "Beaucoup de solutions avancées pour lutter contre le réchauffement climatique visent à empêcher de futures émissions. Celle-ci permet de capturer le carbone que nous avons déjà émis !" D’après le scientifique, les forêts stockent actuellement 400 gigatonnes de carbone. "Ajouter 1 000 milliards d’arbres nous permettrait de capturer la plupart du carbone qui se trouve dans l’air aujourd’hui", explique-t-il.

Avec son laboratoire, Thomas Crowther a également étudié les zones où des forêts pourraient être plantées. "La France est un bon exemple. Pour être honnête, la majeure partie de l’Europe devrait être une énorme forêt", imagine-t-il. Il invite donc chacun à agir en ce sens. "Si tout le monde se mettait à planter des graines un week-end sur deux, je pense sincèrement qu’on pourrait y arriver. Si le monde entend ce message, c’est une solution simple et agréable, je suis très optimiste."

Arbres.
Arbres. (JULIAN ST?HLE / DPA-ZENTRALBILD)