Cet article date de plus de neuf ans.

Varsovie : un accord sur le climat, in extremis

Au terme de négociations-marathon, les 190 pays réunis à Varsovie sous l'égide des Nations-Unies sont finalement tombés d'accord sur un texte qui pose les premiers jalons vers la conférence de Paris, prévue en 2015, qui doit déboucher sur une limitation du réchauffement climatique à 2°C.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Kacper Pempel Reuters)

Ce n'est qu'un petit pas... Mais il est crucial. Les négociations sur le climat étaient au point mort ; voici qu'elles viennent de se débloquer in extremis. Un accord a donc été adopté de manière informelle, ce samedi, à Varsovie. Un accord qui pose les premiers jalons pour la conférence de Paris, en 2015. 

Les quelque 190 pays, réunis sous l'égide des Nations-Unies, se sont engagés à conclure à Paris un accord de réduction des gaz à effet de serre, qui entrera en vigueur en 2020, un accord qui limitera le réchauffement climatique de la planète de 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle.  Aujourd'hui, si rien n'est fait, on est plutôt à 4°C...

"Contributions" plutôt qu'"engagements"

Le texte adopté ce jour stipule que les Etats doivent commencer à préparer des "contributions" sur ce qu'ils comptent faire pour limiter le réchauffement. Cette formulation est en-deçà de celle prévue précédemment, rejeté par les pays émergents (Chine, Inde), qui prévoyait des "engagements" - la formule était soutenue par la France.

Pas sûr que le texte fasse l'unanimité, cependant. "Il n'y a pas de consensus" , a martelé le délégué égyptien, au nom du G77, qui regroupe les pays en développement. Et de réclamer "plus de temps pour discuter" , alors que la conférence a déjà dépassé d'une journée sa date officielle de clôture...

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.