Cet article date de plus d'un an.

Une habitante de Limoges harcelée après l'affichage de son numéro sur une pancarte lors d'une manifestation pour le climat

"C'est de la bêtise et ça ne sert pas la cause du climat", a réagi la victime, vendredi sur France Bleu Limousin.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le numéro était inscrit sur une pancarte (ici effacé), lors de la manifestation des jeunes pour le climat, le 15 mars 2019 à Besançon. (CAPTURE D'ÉCRAN / FACEBOOK ALTERNATIBA BESANCON)

Une jeune femme habitant Limoges (Haute-Vienne) a été harcelée, vendredi 15 mars, après que son numéro de portable a été inscrit sur une pancarte, brandie dans un rassemblement pour le climat à Besançon (Doubs), rapporte vendredi France Bleu Limousin.

Une lycéenne de Besançon, dans le Doubs, a, au hasard, écrit un numéro de téléphone portable sur sa pancarte lors de la manifestation organisée pour le climat. Accolé au numéro, un slogan explicite : "Fuck me, not the planet" (ce qu'on peut traduire par : "Baisez-moi, pas la planète").

La victime souhaite porter plainte

France Bleu Limousin a réussi à contacter la jeune limougeaude : "Franchement, c'est insupportable. Je vais être obligée de changer de numéro. C'est de la bêtise et ça ne sert pas la cause du climat. Je perds un temps fou, une énergie folle avec ça. C'est vraiment une atteinte à la vie privée."

C'est complètement inconscient à l'heure des réseaux sociaux où tout est partagé et archivé.

La victime de harcèlement

à France Bleu Limousin

La jeune femme harcelée souhaite porter plainte. "J'ai contacté le commissariat à Besançon, qui m'a dit ne rien pouvoir faire. Je ne veux pas de mal à cette lycéenne. Je veux juste qu'elle se rende compte de la gravité de son acte. C'est stupide !", a-t-elle déclaré au micro de France Bleu Limousin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.