Cet article date de plus d'onze ans.

Un quart des oiseaux de France menacés

Le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Muséum national d’histoire naturelle viennent de publier la première liste rouge nationale des espèces d’oiseaux menacées. L’état des lieux dressé est préoccupant : 26% des espèces d’oiseaux nicheurs -ceux qui se reproduisent en France- risquent, à différents degrés, l’extinction. Une quinzaine d'espèces d’oiseaux migrateurs sont également en danger.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Radio France © France Info)

“L'évaluation des 277 espèces d'oiseaux nicheurs en métropole révèle que 73 d'entre elles sont actuellement menacées, soit plus d'une espèce sur quatre”, indiquent les organisations dans un communiqué. “Cette proportion est beaucoup plus élevée qu'au niveau mondial, où 12% des espèces d'oiseaux sont menacées d'extinction”.

Ce déclin des populations d'oiseaux s’explique essentiellement par l’intensification des pratiques agricoles et l’urbanisation : l’usage massif des pesticides et la réduction des bocages et prairies naturelles semblent avoir progressivement raison de la biodiversité.

Pour réaliser sa liste rouge, l’UICN se base sur 5 critères, notamment les effectifs de l’espèce, son évolution dans le temps et ses zones de répartition, et détermine des catégories selon la gravité de la situation. Onze espèces sont aujourd’hui “en danger critique d’extinction”, la situation la plus grave. Vingt espèces sont considérées comme “en danger” et 42 comme “vulnérables”.

Les organisations citent notamment le râle des genêts, qui a subi une diminution de 50% de ses effectifs en dix ans, ou encore la pie-grièche à poitrine rose, classée en « danger critique », qui ne compterait plus qu’une trentaine de couples dans l’Hexagone.

Les oiseaux migrateurs aussi en danger

Par ailleurs, certaines espèces d’oiseaux marins comme le pingouin torda ou le macareux moine paient un lourd tribut à la pollution aux hydrocarbures, et au changement climatique qui provoque la disparition du poisson dont ils se nourrissent. “Les tirs au fusil et l’empoisonnement par des appâts toxiques menacent les rapaces, pourtant protégés, comme le milan royal”, ajoute l’UICN.

La France abrite près de 300 espèces d'oiseaux migrateurs, sur lesquels planent des menaces d’un autre type : soit ils ne trouvent plus de lieu de halte en France en raison de l’assèchement des zones humides, soit ils sont obligés de chercher repos et nourriture plus au Nord, à cause du réchauffement climatique et “ne sont désormais plus observés en métropole qu'en très faibles effectifs”, précisent les associations.

Ces dernières soulignent toutefois que les actions de conservation peuvent inverser la tendance. “La protection des rapaces, des hérons et des oiseaux coloniaux a permis des reconquêtes encore inespérées il y a 40 ans. Les actions de protection des zones humides engagées depuis trois décennies ont contribué à améliorer la situation de certaines espèces d'oiseaux d'eau.” Elles espèrent donc que leur liste rouge inspirera les initiatives publiques en faveur de la préservation de la biodiversité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.