Cet article date de plus de sept ans.

Un petit perroquet bleu aperçu au Brésil, plus de 15 ans après sa disparition

Il ne reste que 130 spécimens de ses congénères dans le monde. Et tous vivent en captivité.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un "ararinha azul" arrivé le 3 mars 2015 à Sao Paulo (Brésil) en provenance d'Allemagne. (JOAO FREIRE/ICMBIO / AFP)

Cela ne vous rappelle rien ? Mais si, souvenez-vous, Blu dans le célèbre dessin animé RioUn petit perroquet bleu vient d'être aperçu dans la nature, plus de quinze ans après sa disparition dans le nord-est du Brésil. Une découverte d'autant plus importante qu'il ne reste que 130 spécimens de ses congénères dans le monde. Et tous vivent en captivité.

Origine inconnue

L'"ararinha azul" a été filmé la semaine dernière par des paysans, engagés dans un projet de réintroduction de cette espèce dans la nature, mené en partenariat avec la société de conservation des oiseaux SAVE Brasil. "Heureusement qu'ils ont filmé car personne n'y aurait cru", souligne le directeur de SAVE Brasil. 

L'origine de l'oiseau "est incertaine", explique le directeur de SAVE Brasil. "Il était peut-être maintenu en captivité sans autorisation et son propriétaire l'a relâché pour éviter les ennuis." Le ministère brésilien de l'Environnement a en effet mené une grande opération récemment dans la région contre le trafic d'animaux.

L'espoir d'une réintroduction dans la nature

En 2000, le dernier petit ara bleu à vivre encore en liberté sur la planète avait disparu de son habitat, cette zone semi-aride de Curaça, dans l'Etat de Bahia, probablement capturé ou tué par des trafiquants d'oiseaux. 

En 2015, un couple de ces petits perroquets bleus étaient arrivés d'Allemagne dans le but de relancer l'espèce. Et fin 2014, l'Institut brésilien Chico Mendes avait annoncé la naissance "pour la première fois en 14 ans" de deux de ces perroquets bleus dans un centre d'élevage scientifique de Sao Paulo. Lorsque "l'espèce comptera au moins 150 spécimens dans le monde, la phase de réintroduction dans la nature commencera", a souligné le directeur de SAVE Brasil. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.