Cet article date de plus de huit ans.

Seine-et-Marne : chute de grêle désastreuse à Mormant

Météo France a levé tôt ce mardi son alerte orange aux orages. La nuit a été chaude dans l'Essonne et en Seine-et-Marne. Et notamment à Mormant, 4500 habitants, où il y a de gros dégâts.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (La ville la plus touchée, Mormant au nord-ouest de Melun © IDE)

Sur les quarante-et-un départements du Nord de la France jusqu'à l'Aquitaine qui avaient été placés en vigilance orange, seuls deux, l'Essonne et la Seine-et-Marne, ont  semble-t-il été touchés par la nouvelle vague orageuse. Et plus spécifiquement une commune de Seine-et-Marne, Mormant à vingt kilomètres au nord-ouest de Melun. Les pompiers sont intervenus cette nuit 150 fois dans cette commune. "C'était le jour en pleine nuit" affirme un habitant cité par Sébastien Baer. Et Jules compare avec un "film de guerre", "ça tombait, çà tombait" dit-il en parlant de la grêle, "comme si c'était la fin du monde".

"C'était le jour en pleine nuit" - reportage Sébastien Baer sur cette "fin du monde" à Mormant
écouter

"A une heure du matin, il y a eu un coup de vent qui a duré deux minutes et ensuite un orage de grêle pendant un quart d'heure"  raconte Sylvain Clérin le maire de la ville. "Des balles de tennis se sont abattues sur la ville de Mormant. Elles ont endommagées plus de trois cents véhicules et toutes les toitures ". Parmi les établissements publics touchés, le collège "fermé aujourd'hui " ainsi que l'école primaire dont les "faux plafonds sont tombés ". Seulement deux blessés légers à déplorer ce matin dont l'un par des éclats de verre. "Mais on a failli avoir un incident assez important dans la mesure où un plafond s'est effondré dans un appartement et les personnes étaient sortis donner de l'aide à des personnes dans la rue".

Le témoignage de Sylvain Crélin, le maire de Mormant
écouter

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.